Measuring the quality of e-banking portals.

Bauer, H.H., Hammerschmidt, M. and Falk, T. (2005). Measuring the quality of e-banking portals. International Journal of Bank Marketing, 23, pp. 153–175.

Mots clefs : Banking, Electronic commerce, Service delivery, Service quality assurance.

Depuis ces dernières années, les établissements bancaires se munissent de nouveaux outils pour gagner des parts de marché. De nouvelles innovations voient le jour, tel que les sites internet pour les services bancaires en ligne. Cet étude reprendre la définition d’un site internet de qualité pour comparer ceux des banque pour en tirer les déterminants qui crée la différence chez l’utilisateur.

 Développement :

Dans le secteur bancaire pour qu’un acteur soit rentable, il nécessite qu’il soit fidèle. Ceci est le premiers coût des banques qui investissent via des outils tel que les sites internet pour fidéliser leur client. Cela a mené au développement de ces site sont de réel interface pour les utilisateurs qui en jugerait la vitrine d’une agence tel qu’il jugerait le site en ligne.

De plus, l’ensemble des spectateurs de site web bancaire sont devenu des acteurs de ces sites en pouvant demander, réclamer des services. Il se crée de nouveau « espace client » en ligne pour un suivi plus personnalisé. Cela permet de proposer de nouveau service, en proposant l’ensemble de la gamme. Chaque acteur bancaire doit se crée un identité et apporte sa conception du service bancaire en ligne pour obtenir un environnement qui répond à ses critères et ceux des utilisateurs.

La définition d’un site internet de service bancaire, se détermine par sa fonctionnalité afin que tous les information circule correctement et que son utilisateur soit guidé de manière fluide. Il doit être accessible, à tout heure et de quel n’importe endroit avec une connexion internet. Enfin, il doit être ludique, et personnalisable. Ces critères sont tout aussi important que pour le client soit en confiance et que la relation devienne pérenne.

Conclusion :

Suite au résultats obtenu de sa recherche empirique, il y a deux éléments qui apportent une réelle valeur ajouté aux service bancaire en ligne ce sont le plaisir lors de son utilisation, qui va créer du divertissement en faisant devenir le client acteur de sa recherche et de sa futur demande. Lui-même va construire et personnalisé son espace, et prendra du plaisir a consulter sa banque en ligne, puis sera en demande de nouveau service pour améliorer son confort.

Références Bibliographiques :

Afuah, A. and Tucci, C. (2001), Internet Business Models and Strategies, Boston, MA.

Akaike, H. (1974), “A new look at the statistical model identification”, IEEE Transactions on Automatic Control, Vol. 19, pp. 716-23.

Anderson, C.F. and Lehmann, D.R. (1994), “Customer satisfaction market share and profitability: findings from Sweden”, Journal of Marketing, Vol. 58 No. 3, pp. 53-66.

Bagozzi, R. and Baumgartner, H. (1994), “The evaluation of structural equation models and hypothesis testing”, in Bagozzi, R. (Ed.), Principles of Marketing Research, Cambridge, pp. 386-422.

Bauer, H.H. and Hammerschmidt, M. (2002), “Financial portals in the internet”, Proceedings of the WSEAS Conference on E-Commerce, Athens.

Baumgartner, H. and Homburg, Ch. (1996), “Applications of structural equation modeling in marketing and consumer research: a review”, International Journal of Research in Marketing, Vol. 13 No. 2, pp. 139-61.

Bergen, M., Dutta, S. and Shugan, S.M. (1996), “Branded variants: a retail perspective”, Journal of Marketing Research, Vol. 33, pp. 9-19.

Berry, L.L. (1987), “Big ideas in services marketing”, The Journal of Services Marketing, Vol. 1 No. 1, pp. 5-9. 173

Blanchard, A. and Horan, T. (1998), “Virtual communities and social capital”, Social Science Computer Review, Vol. 16 No. 3, pp. 293-307.

Brandt, D.R. (1988), “How service marketers can identify value-enhancing service elements”, The Journal of Services Marketing, Vol. 2 No. 3, pp. 35-41.

Broderick, A.J. and Vachirapornpuk, S. (2002), “Service quality in internet banking: the importance of customer role”, Marketing Intelligence & Planning, Vol. 20 No. 6, pp. 327-35.

Byrne, B. (1998), Structural Equation Modeling with LISREL, PRELIS and SIMPLIS, London. Caruana, A. (2002), “Service loyalty – the effects of service quality and the mediating role of customer satisfaction”, European Journal of Marketing, Vol. 36 No. 7/8, pp. 811-28.

Churchill, G. (1987), Marketing Research, 4th ed., Fort Worth, TX.

Cox, J. and Dale, B.G. (2001), “Service quality and e-commerce: an exploratory analysis”, Managing Service Quality, Vol. 11 No. 2, pp. 121-31.

Cronin, J. and Taylor, S. (1992), “Measuring service quality: a re-examination and extension”, Journal of Marketing, Vol. 56, pp. 55-69.

Csikszentmihalyi, M. (1988), “The flow experience and its significance for human psychology”, in Csikszentmihalyi, M. and Csikszentmihalyi, I. (Eds), Optimal Experience: Psychological Studies of Flow in Consciousness, Cambridge University Press, Cambridge, pp. 15-35.

Dabholkar, P.A. (1996), “Consumer evaluations of new technology-based self-service options: an investigation of alternative models of service quality”, International Journal of Research in Marketing, Vol. 13 No. 1, pp. 29-52.

Fornell, C. and Larcker, D. (1981), “Evaluating structural equation models with unobservable variables and measurement error”, Journal of Marketing Research, Vol. 18 No. 1, pp. 39-50.

Furst, K., Lang, W.W. and Nolle, D.E. (2002), “Internet banking”, Journal of Financial Services Research, Vol. 22 No. 1/2, pp. 95-117.

Gerbing, D. and Anderson, J. (1988), “An updated paradigm for scale development incorporating unidimensionality and its assessment”, Journal of Marketing Research, Vol. 25, pp. 186-92.

Gounaris, S. and Dimitriadis, S. (2003), “Assessing service quality on the web: evidence from business-to-consumer portals”, Journal of Services Marketing, Vol. 17 No. 5, pp. 529-48.

Gro ̈nroos, C. (1990), “Relationship approach to marketing in service contexts”, Journal of Business Research, Vol. 20 No. 1, pp. 3-11.

Gro ̈nroos, C., Heinonen, F., Isoniemi, K. and Lindholm, M. (2000), “The NetOffer model: a case example from the virtual marketspace”, Management Decision, Vol. 38 No. 4, pp. 243-52.

Hoffman, D.L. and Novak, T.P. (1996), “Marketing in hypermedia computer-mediated environments”, Journal of Marketing, Vol. 60, pp. 50-68.

Hughes, T. (2003), “Marketing challenges in e-banking: standalone or integrated?”, Journal of Marketing Management, Vol. 19, pp. 1067-85.

Huizingh, E.K.R.E. (2002), “The antecedents of web site performance”, European Journal of Marketing, Vol. 36, pp. 1225-48.

Jayawardhena, C. (2004), “Measurement of service quality in internet banking: the development of an instrument”, Journal of Marketing Management, Vol. 20, pp. 185-207.

Jun, M. and Cai, S. (2001), “The key determinants of internet banking service quality: a content analysis”, International Journal of Bank Marketing, Vol. 19 No. 7, pp. 276-91.

174 Kano, N. (1984), “Attractive quality and must-be quality”, The Journal of the Japanese Society for Quality Control, pp. 39-48.

Kelley, S.W. and Davis, M.A. (1994), “Antecedents to customer expectations for service recovery”, Journal of the Academy of Marketing Science, Vol. 22 No. 1, pp. 52-61.

Mahajan, V., Srinivasan, R. and Wind, J. (2002), “The dot.com retail failures of 2000: were there any winners?”, Journal of the Academy of Marketing Science, Vol. 30, pp. 474-86.

Meuter, M.L., Ostrom, A.L., Roundtree, R.I. and Bitner, M.J. (2000), “Self-service technologies: understanding customer satisfaction with technology-based service encounters”, Journal of Marketing, Vol. 64, pp. 50-64.

Novak, T.P., Hoffman, D.L. and Yung, Y-F. (2000), “Measuring the customer experience in online environments”, Marketing Science, Vol. 19 No. 1, pp. 22-42.

Nunnally, J. (1978), Psychometric Theory, 2nd ed., New York, NY.

Oliver, R.L. (1997), Satisfaction: A Behavioral Perspective on the Consumer, New York, NY.

Olsen, L.L. and Johnson, M.D. (2003), “Service equity, satisfaction, and loyalty: from transaction-specific to cumulative evaluations”, Journal of Service Research, Vol. 5 No. 3, pp. 184-95.

Parasuraman, A. and Grewal, D. (2000), “The impact of technology on the quality-value-loyalty chain: a research agenda”, Journal of the Academy of Marketing Science, Vol. 28, pp. 168-74.

Parasuraman, A., Zeithaml, V. and Berry, L.L. (1988), “SERVQUAL: a multiple-item scale for measuring consumer perceptions of service quality”, Journal of Retailing, Vol. 64, pp. 12-40.

Payne, A. and Holt, S. (2001), “Diagnosing customer value”, British Journal of Management, Vol. 12, pp. 159-82.

Reibstein, D.J. (2002), “What attracts customers to online stores, and what keeps them coming back?”, Journal of the Academy of Marketing Science, Vol. 30, pp. 465-73.

Reichheld, F.F. and Sasser, W.E. (1990), “Zero defections: quality comes to services”, Harvard Business Review, Vol. 68 No. 5, pp. 2-8.

Reichheld, F.F. and Schefter, P. (2000), “E-loyalty – your secret weapon on the web”, Harvard Business Review, Vol. 78 No. 4, pp. 105-13.

Santos, J. (2003), “E-service quality: a model of virtual service quality dimensions”, Managing Service Quality, Vol. 13 No. 3, pp. 233-46.

Shankar, V., Smith, A.K. and Rangaswamy, A. (2003), “Customer satisfaction and loyalty in online and offline environments”, International Journal of Research in Marketing, Vol. 20 No. 2, pp. 153-75.

Srinivasan, S.S., Anderson, R. and Ponnavolu, K. (2002), “Customer loyalty in e-commerce”, Journal of Retailing, Vol. 78, pp. 41-50.

Strieter, J., Gupta, A.K., Raj, S.P. and Wilemon, D. (1999), “Product management and the marketing of financial services”, International Journal of Bank Marketing, Vol. 17 No. 7, pp. 342-54.

Szymanski, D.M. and Hise, R.T. (2000), “E-satisfaction: an initial examination”, Journal of Retailing, Vol. 76 No. 3, pp. 309-22.

van Riel, A., Liljander, V. and Jurriens, P. (2001), “Exploring consumer evaluations of e-services: a portal site”, International Journal of Service Industry Management, Vol. 12 No. 3/4, pp. 359-77.

W3B (2000), “Ergebnisse der 14. W3B umfrage”, available at: www.w3b.de

Yang, Z., Peterson, R.T. and Huang, L. (2001), “Taking the pulse of internet pharmacies”, Marketing Health Services, pp. 5-10.

Zeithaml, V.A., Parasuraman, A. and Malhotra, A. (2002), “Service quality delivery through 175 web sites”, Journal of the Academy of Marketing Science, Vol. 30, pp. 362-75.

Impact de la Covid-19 sur la Commercialisation de la Viande de Brousse : Perception des Commerçants de Brazzaville (Congo)

Gilles Freddy B., Phons Louis M., Roger Albert M., Noël Staley M., Harley Bittson B., Ségolène S., Carnolin T. (2020), Impact de la Covid-19 sur la Commercialisation de la Viande de Brousse : Perception des Commerçants de Brazzaville (Congo), International Journal of Progressive Sciences and Technologies, (Vol. 23, N°1), pages 53 à 62 http://ijpsat.es/index.php/ijpsat/article/view/2176/1279

 

Mots clés : Incidence, Covid-19, Confinement, Commerce, Viande de brousse, Congo

 

Cette étude consiste à identifier les impacts de la Covid-19 sur la commercialisation de la viande de brousse pendant la période de confinement. Une enquête quantitative et qualitative a été réalisée en 2020 à Brazzaville auprès de 140 vendeurs.
 Cette étude révèle que tous les acteurs impliqués dans ce commerce évoluent dans le secteur informel et sont dépourvus de sécurité sociale. Les mesures de ripostes à la pandémie de coronavirus ont eu des incidences négatives sur le commerce de la viande de brousse. Elles perturbent l’approvisionnement et rendent difficile la disponibilité du produit sur les marchés urbains. Elles entrainent aussi la baisse d’activité des acteurs, ce qui contraint certains au chômage.
Ces mesures ont aussi une incidence sur le stress des commerçants et de leur conjoint qui doivent malgré la baisse des revenus faire face aux multiples charges familiales. Dans ce contexte, les ménages des commerçants enquêtés sont non seulement exposés à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi à la fragilité de leur système immunitaire, notamment la résilience de l’organisme aux maladies.

 

Développement:

Dans une enquête menée à l’échelle nationale fin 2009 dans les 2596 communes suisses, les chercheurs ont demandé aux secrétaires municipaux quelles mesures avaient été prises face aux pertes fiscales attendues et à la hausse possible des dépenses sociales suite à la crise de 2008. Des mesures keynésiennes ont-elles été prises, en augmentant les dépenses et en acceptant des déficits plus importants, ou y a-t-il eu tentative de limiter les déficits par des mesures d’austérité, notamment en restreignant les investissements prévus ?

Après avoir proposé, dans un premier de parler de la méthodologie, on parlera dans un second temps, des résultats, et pour finir, on abordera les discussions.

Les forêts du Bassin du Congo représentent l’une des deux dernières régions au monde possédant de vastes étendues interconnectées de forêts tropicales humides avec une superficie de plus de 400 millions d’hectares. Elles abritent aussi une grande diversité de plantes et d’animaux et où ont y trouve la viande de brousse. Longtemps considérée comme véritable source de protéines animales, la viande de brousse est aussi un moyen de subsistance nutritionnelle pour les populations d’Afrique Centrale sa consommation peut être estimée de 1 à 5 millions de tonnes et le taux d’exploitation annuelle varie entre 23 à 897 Kg/Km2 /an.

La pandémie à Covid-19 qui secoue le monde actuel et qui a fait sa première apparition en novembre 2019 en Chine dans la Province de Hubei dans la ville Wuhan, ce qui pourrait avoir un impact sur la filière viande de Brousse.

La propagation de la pandémie de coronavirus a conduit la communauté internationale à la prise des mesures inégales, parmi lesquelles la fermeture des frontières, et des activités commerciales, le confinement de la population.

L’étude a été réalisée entre juin et août 2020 dans les marchés domaniaux de la ville de Brazzaville, en République du Congo. Brazzaville est le principal bassin de consommation du Congo. La collecte des données primaires a concerné les vendeurs de viande de brousse de 33 marchés domaniaux répartis sur l’ensemble des neuf
arrondissements que compte la ville de Brazzaville. Tous les vendeurs de viande de brousse présents dans les marchés retenus et disponibles à participer à l’enquête étaient systématiquement interviewer. Ainsi, la taille de l’échantillon était de 140 vendeurs.

 

Résultats:

Les résultats obtenus ont montré une forte implication des femmes, tandis que les jeunes étaient faiblement représentés dans la commercialisation de la viande de brousse qui est une viande sauvage.

Le confinement, la fermeture des marchés et des frontières interdépartementales ont affecté les revenus des commerçants, ce qui a renforcé leur vulnérabilité;

L’enquête a montré que 85 % des acteurs enquêtés affirment avoir été davantage stressé pendant la période du confinement. En effet, la baisse de l’activité commerciale et le désespoir suscités par la pandémie à Covid-19 et son corollaire ont donc entrainé un stress permanent parmi ces acteurs du secteur informel qui doivent malgré tout continuer à faire face au minimum des charges familiales et sociales

 

Conclusion:

Les mesures de riposte à la pandémie à Covid-19, en particulier le confinement et la fermeture des marchés ont un impact négatif sur le commerce de la viande de brousse dans les marchés domaniaux de Brazzaville.

L’ensemble des acteurs impliqués dans ce commerce évolue dans le secteur informel, sans sécurité sociale et reste vulnérable à la pandémie de coronavirus. La médiatisation faite sur les espèces hôtes de l’actuel coronavirus a eu un impact négatif sur la filière viande de brousse à Brazzaville.

Le confinement, la fermeture des marchés et des frontières interdépartementales ont davantage fragilisé cette filière, rendant l’approvisionnement en viande de brousse difficile, entraînant la baisse de revenus des commerçants, le chômage et/ou la reconversion vers le commerce d’autres denrées alimentaires, etc.

De plus, la Covid-19 a exposé de nombreux ménages impliqués dans cette filière à une situation d’insécurité alimentaire en réduisant le nombre de repas ou sa qualité.

 

Références:

  • Megevand C., Mosnier A., Hourticq J., Sanders K., Doetinchem N. & Streck C., 2013. Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo : Réconcilier la croissance économique et la protection de la forêt. Washington, DC : Banque mondiale, 178 p.
  • PFBC, 2005. Les forêts du bassin du Congo : évaluation préliminaire. La protection des écosystèmes et de la biodiversité tout en améliorant le bien-être des populations dans la région du bassin du Congo. Partenariat pour les Forêts du Bassin Congo (PFBC), CARPE, USAID, COMIFAC et UE, 34 p.
  • Van Vliet N., Nasi R., Abernethy K., Fargeot C., Kümpel N.F., Ndong Obiang A-M., Ringuet S., 2011. Le rôle de la faune dans le cadre de la sécurité alimentaire en Afrique Centrale : Une menace pour la biodiversité. In : de Wasseige C. (Coord.). Etat des forêts du bassin du Congo 2010, pp. 123-136.
  • Makosso Vheiye G., Massamba J., Massamba A., Silou T., 2011. Consommation de la viande de brousse dans la zone du parc national de Conkouati-Douli, Congo (Brazzaville) : nature du gibier et modalités de consommation. Tropicultura, (29) 3: 131-137.
  • Wilkie D.S, Carpenter J.F., 1999. Bushmeat Hunting in Congo Basin: An Assessment of Impacts and Options for Mitigation. Biodiversity and Conservation, 8 : 927-955.
  • Fa J.E., Peres C.A., Meeuwig J., 2002. Bushmeat exploitation in tropical forests: an international comparison. Conservation Biology, 16(1): 232-237.
  • Nasi R., Brown D., Wilkie D., Bennett E., Tutin C., Van Tol G., Christophersen T., 2008. Conservation and use of wildlifebased resources: the bushmeat crisis. Secretariat of the Convention on Biological Diversity, Montreal, and Centerfor International Forestry Research (CIFOR), Bogor. Technical Series no. 33, 50 p.
  • Banque Mondiale, 2018. Avant qu’il ne soit trop tard. Valoriser la faune de façon durable dans le bassin du Congo occidental. Groupe de la Banque Mondiale, 109 p.
  • Mbete R. A., Banga-Mboko H., Ngokaka C., Bouckacka Q. F., Nganga I., Hornick J. L., Leroy P. & Vermeulen C., 2011. Profil des vendeurs de viande de chasse et évaluation de la biomasse commercialisée dans les marchés municipaux de Brazzaville Congo. Tropical conservation science, 4(2) :203–217.
  • Valimahamed A,. Guillaume L., Nasi R,. 2017. Contributions de la chasse villageoise aux économies locales et nationales au Congo et en République Démocratique du Congo. In : Van Vliet N., Nguinguiri J-C., Cornelis D., Lebel S. (éds). Communautés locales et utilisation durable de la faune en Afrique centrale. FAO/CIFOR/CIRAD, Libreville –Bogor-Montpellier, pp.16-36.
  • HLPE, 2020. Conséquences de la pandémie au Covid-19 pour la sécurité alimentaire et la nutrition (SAN). Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE), Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale. Document de synthèse, 9 p.
  • Volpato G., Fontefrancesco M. F., Gruppuso P., Zocchi D., and Pieroni A., 2020. Baby pangolins on my plate: possible lessons to learn from the Covid-19 pandemic. Journal of Ethnobiology and Ethnomedecine, 16(19): 1-12.
  • Zhang T., Wu Q., Zhang Z., 2020. Probable pangolin origin of SARS-Cov 2 Associated with the Covid-19 outbreak. Current Biology, 30; 1346-1351.
  • Katrakazas C., Michelaraki E., Sekadakis M., Yannis G., 2020. A descriptive analysis of the effect of the Covid-19 pandemic on driving behavior and road safety, 1-37. https://doi.org/10.1016/j.trip.2020.100186.
  • Primature, 2020. Déclaration n°3 du Gouvernement de la République du Congo sur le Covid-19. Lue par Monsieur Clément MOUAMBA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Primature le 18 mars 2020, 3 p.
  • Meridjen P., 2005. Etude quantitative et qualitative de la viande de brousse à Kinshasa, RDC. Mémoire de stage de troisième doctorat en médecine Vétérinaire. Université de Liège, Belgique, 35 p.
  • Edderai D., Dame M., 2006. A Census of the commercial bush meat market in Yaoundé, Cameroun, Oryx, 40: 472-475.
  • Mbéte R .A ., 2012. La consommation de la viande de chasse dans les ménages de Brazzaville, Congo. Thèse en vue de l’obtention du grade de docteur en Sciences vétérinaires, orientation Santé et production Animale. Université de Liège, 326 p.
  • Mialoundama F., Loubelo E., 2007. Commercialisation des feuilles de Gnetum en République du Congo. In Mialoundama F. (ed.). Le koko ou mfumbu (Gnétacées), une plante alimentaire d’Afrique centrale. Editions L’Harmattan, pp.127-163.
  • Loubélo A.B., Mialoundama Bakouétila G.F., Nsondé Ntadou F.G., Bouhika E.J., Bacquois J.G., Mboungou Z., Bamokina Bélolo J.I., Bayoundoula N. and Mbemba F., 2017. Profile of the sellers and analysis of food availability of the leaves and stems of the Dioscorea liebrechtsiana of Wild “Ntinia” in the walks of Brazzaville (Congo). International Journal of Current Advanced Research, 6 (2): 2212-2217.
  • Mialoundama Bakouétila G.F., 2020. Caractéristiques socio-économiques du commerce des bourgeons de rotin (Laccosperma secundiflorum et Eremospatha macrocarpa) à Brazzaville, République du Congo. European Scientific Journal, 16(7) :102-116.
  • Mbeté R. A., 2003. Gestion participative des aires protégées (faunes et flore) en Afrique. Cas du Sanctuaire de Gorilles de Lossi au Congo- Brazzaville. Mémoire de fin d’études pour l’obtention du Diplôme d’Etudes spécialisées en Gestion des Ressources Animales et Végétales en Milieu Tropicaux. Option : Gestion de la faune, Université de Liège, Belgique, 80 p.
  • Mbété P., 2014. Evaluation de l’incidence des opérations de l’exploitation forestière sur la végétation et la faune : cas de l’UFA Mokabi – Dzanga. Thèse de doctorat unique, Faculté des Sciences et Techniques, Université Marien Ngouabi, 226 p.
  • Mbété P., Mialoundama Bakouétila G.F., Ngonouo F., Louvouezo Ndoundi F., Boukoulou H., 2016. Analyse de l’implication des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles du Sanctuaire de Gorille de Lossi (SGL), District de Mbomo, Département de la Cuvette Ouest, République du Congo. International Journal of Trend in Research and Development, 3 (5): 230-236.
  • Bitsoumanou Nkounkou J., Martin G., 2020. L’impact de la crise du Covid-19 sur les systèmes alimentaires locaux du Congo et la réponse des institutions, FAO, 11 p.
  • Dauvin M., Ducoudré B., Heyer E., Modec P., Plane M., Sampognaro R., Timbeau X., 2020. Evaluation au 26 juin 2020 de l’impact économique de la pandémie de la Covid-19 et des mesures du confinement et du déconfinement en France. Revue de l’OFCE, 166 (2) :1-50.
  • Yuvaraj M., 2020. Covid-19 : Impact of agriculture in India. Vigyan Varta, 1(3):25-27.
  • Tougan U.P., Théwis A., 2020. Covid-19 et sécurité alimentaires en Afrique Subsaharienne: implications et mesures proactives d’atténuation des risques de malnutrition et de famine. International Journal of Progressive Sciences and Technologies, 20(1) :172-193.
  • Anonyme, 2015. Incidences socioéconomiques d’Ebola sur l’Afrique. Commission économique pour l’Afrique, Nations Unies, 82 p.
  • Madani A., Boutebal S.E., and Bryant C. R., 2020. The psychological impact of confinement linked to the coronavirus epidemic Covid-19 in Algeria. International Journal of Environmental Research and Public Health, 17 (3604):1-13.
  • Hanseeuw B., Cougnon L-A., Heeren A., Gurnet N., Lits G., 2020. Le (dé)confinement, un enjeu humain et societal: focus sur l’impact de “l’infodémie” de Covid-19 en Belgique francophone. Société, Louvain Med, 139 (05-06) :369-374.
  • Mengin A., Allé M.C., Rolling J., Ligier F., Schroder C., Lalanne L., Berna F., Jardri R., Vaiva G., Geoffroy P.A., Brumault P., Thibaut F., Chevance A., 2020. Conséquences psychopathologiques du confinement. L’Encéphale, 46 :43-52.
  • Willig A., Wright L., Galvin Th. A., 2018. Practice paper of the academy of Nutrition and Dietetics: Nutrition intervention and HIV infection. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, 118(3):486-498.

 

Gérer les crises — Comment les gouvernements locaux ont-ils réagi à la crise financière de 2008 et comment expliquer les différences ? Le cas des communes suisses

Andreas LadnerNils Soguel (2015), Gérer les crises — Comment les gouvernements locaux ont-ils réagi à la crise financière de 2008 et comment expliquer les différences ? Le cas des communes suisses, Revue Internationale des Sciences Administratives, (Vol. 81), pages 797 à 818 https://doi.org/10.3917/risa.814.0797

 

Mots clés : Finances publiques, Budgétisation, Gestion publique, Pouvoirs régional et local

 

Les communes suisses sont largement souveraines pour financer leurs activités. Leurs ressources proviennent avant tout de l’impôt sur le revenu et de l’impôt foncier prélevés auprès des ménages et des entreprises. Une crise, comme celle de 2008, qui touche la sphère financière et l’économie en général risque d’avoir des répercussions directes sur les budgets locaux.

Dans le présent article, les chercheurs examinent la manière dont les communes perçoivent ce risque et y réagissent.

 

Développement:

Dans une enquête menée à l’échelle nationale fin 2009 dans les 2596 communes suisses, les chercheurs ont demandé aux secrétaires municipaux quelles mesures avaient été prises face aux pertes fiscales attendues et à la hausse possible des dépenses sociales suite à la crise de 2008. Des mesures keynésiennes ont-elles été prises, en augmentant les dépenses et en acceptant des déficits plus importants, ou y a-t-il eu tentative de limiter les déficits par des mesures d’austérité, notamment en restreignant les investissements prévus ?

Après avoir proposé, dans un premier de parler du cadre conceptuel, on parlera dans un second temps, des questions de recherches, hypothèses et méthodologie, ensuite, on abordera les principales caractéristiques des communes suisses, les communes affectées par la crise, comment elles réagissent et pour finir, on aborde les mesures prises et l’explication des hypothèses et résultats.

Peu après le début de la crise financière et économique il devenait évident que qu’il y aurait des conséquences considérables sur les pouvoirs locaux à travers la planète. Cet article vise à combler cette lacune en analysant comment les communes, en particulier les plus petites, perçoivent l’impact de la crise et, cas échéant, y réagissent. Dans le cas où ces communes prennent des mesures, l’objectif est d’en identifier l’orientation : volonté d’équilibrer le budget ou, au contraire, déclenchement d’un déficit budgétaire pour contribuer à soutenir l’économie.

En ce qui concerne l’étude : Les données empiriques proviennent d’une des enquêtes que nous menons régulièrement à l’échelle nationale auprès de l’ensemble des communes suisses. L’enquête en question a été réalisée vers la fin 2009. Le questionnaire comprenait un ensemble de questions sur l’impact de la crise et les mesures prises au niveau local.

Les crises financières peuvent affecter les communes de diverses manières. Les conséquences peuvent être directes et immédiates, tant du côté des recettes communales que du côté des dépenses.

Du point de vue conceptuel, les pouvoirs publics, qu’ils soient centralisés ou décentralisés, peuvent réagir de manière passive ou active à l’évolution de la situation économique. Ils réagissent de manière passive lorsque, par exemple, ils acceptent une réduction de leurs recettes fiscales à la suite d’un ralentissement conjoncturel.

Pour l’économie nationale, les villes -et le secteur public qui y est rattaché- sont des nœuds stratégiques. Or, elles sont très exposées aux effets des crises, à savoir au chômage et aux problèmes sociaux.

Question de recherche: 

  1. Q1: Dans quelle mesure la taille de la commune influence-t-elle l’impact attendu d’une crise comme la crise financière de 2008 sur la performance financière ?
  2. Q2: Est-ce que les communes réagissent de manière passive ou active à la situation qu’elles perçoivent? Est-ce qu’elles se lancent dans des mesures anticycliques ou procycliques?
  3. Q3: Est-ce que les mesures prises (qu’elles soient procycliques ou anticycliques) étaient vraiment liées à l’ampleur perçue de la crise dans la commune ou relèvent-elles plutôt d’un comportement habituel?

Hypothèses:

  1. H1 q1: L’hypothèse qui accompagne cette première question est que les communes plus petites sont moins enclines à considérer la crise financière comme une menace pour leur situation budgétaire, étant donné qu’elles dépendent dans une moindre mesure des secteurs économiques directement touchés par la crise.
  2. H1 q2: L’hypothèse qui accompagne cette deuxième question est que plus la commune est petite, moins elle est encline à se comporter de manière anticyclique : les programmes visant à soutenir l’économie présentent peut-être de l’intérêt dans les collectivités plus grandes, mais dans les petites communes leur utilité est moindre en raison des effets de débordement.

Les communes suisses offrent un excellent champ empirique pour traiter des questions de recherche évoquées précédemment. Elles disposent d’une large autonomie politique, financière et budgétaire, à quoi s’ajoute une variabilité suffisante en termes de taille et de préférences culturelles ou politiques pour permettant de tester les hypothèses émis par les chercheurs.

Lorsque l’on compare l’impact perçu de la crise au niveau local avec les informations apportées par la question de savoir si des mesures ont été prises selon les différentes régions linguistiques, on observe une tendance légèrement différente. Quelle que soit la région, ce sont de toute évidence les communes fortement touchées qui ont réagi plus souvent. Lorsque l’on compare les communes francophones à celles des deux autres régions linguistiques, on constate qu’une part plus grande de communes se disant faiblement touchées ont également pris des mesures pour contrer la crise.

Nombreuses sont les mesures qu’une commune peut prendre en réaction à la crise:

  • tenter de conserver un équilibre budgétaire quitte à couper ou à différer les dépenses et les investissements déjà prévus
  • soutenir l’activité et le commerce local au moyen d’investissements et souscrire des emprunts, quitte à enregistrer un déficit à court terme

 

Résultats:

D’après une enquête, les communes suisses n’ont, dans leur ensemble, pas été trop fortement touchées par la crise — c’est du moins la perception des secrétaires communaux nous ayant répondu. En effet, 7% des communes ont déclaré être « durement » touchées.

Les résultats indiquent que quelques communes seulement (essentiellement les plus grandes) s’attendaient à être durement touchées par la crise. Cependant, ils n’observent pas de tendance systématique et conforme à la théorie.

 

Conclusion:

L’impact perçu de la crise au niveau local et l’appartenance de la commune à la partie francophone du pays sont les principaux facteurs expliquant la réaction des communes et les raisons de cette réaction. La taille de la commune joue aussi un rôle.

Comment réagir à une crise financière ? Voilà une question à laquelle il est difficile de répondre, tant d’un point de vue scientifique que d’un point de vue pratique lorsqu’il s’agit de procéder à un arbitrage entre les diverses options possibles. La présente contribution montre que les débats théoriques entre les mesures de soutien à l’économie au prix de déficits publics d’un côté et des mesures d’austérité budgétaire de l’autre ne correspondent guère à la réalité, du moins au niveau local.

 

Références:

  • Barton A.H. (1970). Communities in Disaster. Garden City, NY : Anchor, Doubleday.
  • Bryson J.M., Berry F.S. et Yang K. (2010). “The State of Public Strategic Management Research : A Selective Literature Review and Set of Future Directions”, American Review of Public Administration. 40(5) 495-521.
  • Buiter, W.H et Grafe C. (2004), “Patching up the Pact”, Economics of Transition, 12(1) : 67-102.
  • Council of Europe (2010). The Impact of the Economic Downturn on Local Government in Europe. Budapest : Open Society Foundations.
  • Claessens, S., M. Ayhan Kose, et Terrones M.E. (2010). “The global financial crisis : How similar ? How different ? How costly ?”. Journal of Asian Economics. 21(3) : 247-264.
  • Clayton N. et Morris K. (2010), Recession, Recovery and Medium-Sized Cities, The Work Foundation Conferences : European Commission (2006), “Public Finance in EMU — 2006 — Part IV, Fiscal Policy in Good Times”, European Economy, Reports and Studies, No. 3.
  • Dynes, R. R. (1974), Organized Behaviour in Disaster. Lexington, Mass. : Heath.
  • Golinelli, R. et Momigliano, S. (2006), “Real-time determinants of fiscal policies in the euro area”, Journal of Policy Modeling, 28(9) : 943-964.
  • Guidoum, Yamina, Huxley Joe, Koutsomarkou Jenny et Soto Paul (2010), URBACT Cities facing the crisis : impact and responses, Saint-Denis La Plaine : URBACT Secretariat.
  • Imbeau, L. M. et Tellier, G. (2004). “The Political-Economy of Budget De¯cits in the Canadian Provinces, 1968-2000”. In Imbeau, L. and Petry, F. (Eds), Politics, Institutions, and Fiscal Policy : Deficits and Surpluses in Federated States. Lanham : Lexington Books : 89-111.
  • Kingdon, D. R. (1973). Matrix Organization : Managing Information Technologies. London : Tavistock.
  • En ligneKrishnakumar J., Martin M.-J. et Soguel N. (2010), “Explaining fiscal balances with a simultaneous equation model of revenue and expenditure : A case study of Swiss Cantons using panel data”, Public Budgeting and Finance, 30(2), 69-94.
  • Ladner, A. (2010). “Intergovernmental relations in Switzerland : towards a new concept for allocating tasks and balancing differences”, in : Michael J. Goldsmith and Edward C. Page (eds.). Changing Government Relations in Europe : From localism to intergovernmentalism (Routledge/ECPR Studies in European Political Science).
  • Ladner, A. (2009). “Local government and metropolitan regions in federal systems : Switzerland”, in : Kincaid, John, Helen S. Meyner and Nico Steytler (eds.) A Global Dialogue on Federalism, Volume 6 : Local Government and Metropolitan Regions in Federal Systems. McGill Queens University Press. p. 329-362.
  • Lewis J.P. (2010), The Global Recession and Policy Theory : What policy implementation theory can tell us about how the American and Canadian governments responded to the 2008 global economic recession. Annual Meeting of the Canadian Political Science Association, Montreal : Concordia University.
  • OECD (2009a), Recession, recovery and reinvestment : The role of local economic leadership in a global crisis, Paris : OECD
  • OECD (2009b), Coping with the Crisis at Local Level : Policy Lessons from the OECD Programme on Local Economic and Employment Development (LEED), International Working Document, Paris : OECD.
  • OECD (2009c), OECD LEED Programme :‘The Barcelona Principles’. Principles of local economic leadership to promote recovery and reinvestment from the current recession. Paris : OECD.
  • Perlo Cohen, M. (2011). Cities in Times of Crisis : The Response of Local Governments in Light of the Global Economic Crisis : the role of the formation of human capital, urban innovation and strategic planning. Berkeley Institute of Urban and Regional Development. Working Paper 2011-01.
  • Poterba, J. M. 1994. “State Response to Fiscal Crises : The Effects of Budgetary Institutions and Politics”, Journal of Political Economy, 102(4) :799-821.
  • Ramos, A. G. (1981). The New Science of Organization : A Reconceptualization of the Wealth of Nations. Toronto : University of Toronto Press
  • Reinhart, C. M., et Kenneth S. Rogoff. (2008). Is the 2007 US sub-prime financial crisis so different ? An international historical comparison. No.W13761. National Bureau of Economic Research.
  • Rosenthal, U. Charles, Michael T. et ’t Hart, P. (eds.)(1989). Coping with Crises : The Management of Disasters, Riots and Terrorism. Springfield, I11. : Charles C. Thomas.
  • Rosenthal, U. et Kouzmin A. (1997). “Crises and crisis management : Towards comprehensive government decision making”, Journal of Public Administration Research & Theory, 7(2) : 277-305.
  • Soguel, N. C. (2006), “Coordination and decentralisation of rules for fiscal behaviour in a federal structure : The case of the Swiss cantons”, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 1 :27-48.
  • Taylor, J. B. (2000), “Reassessing Discretionary Fiscal Policy” Journal of Economic Perspectives, 14(3) : 21-36.
  • United Cities and Local Governments (2009). The Impact of the Global Crisis on Local Governments. Barcelona : United Cities and Local Government.
  • Wernette, J. 1945. Financing full employment. Harvard University Press, Cambridge.

 

The impact of COVID‐19 on food retail and food service in Canada: Preliminary assessment

Ellen Goddard (2020), The impact of COVID‐19 on food retail and food service in Canada: Preliminary assessment, Canadian Journal of Agricultural Economics https://doi.org/10.1111/cjag.12243

 

Mots clés : Impact, COVID-19 pandemic, Food retail, Food service, Canada

 

Le COVID ‐ 19 a imposé une série de défis uniques aux secteurs de la vente au détail et des services alimentaires au Canada. Presque du jour au lendemain, les quelque 30% du dollar alimentaire que les Canadiens dépensent pour les aliments hors de chez eux sont passés au commerce de détail.

 

Développement:

Les impacts de l’éclosion du COVID-19 sur le secteur de la vente au détail de produits alimentaires au Canada sont importants et, dans une large mesure, inattendus. Les impacts se répartissent en deux grandes catégories, la première étant les impacts réels de la santé publique sur les individus, sur les employés de la vente au détail et de la restauration, et sur les individus tout au long de la chaîne d’approvisionnement, et la seconde étant le changement radical dans quoi et où les gens veulent acheter leur nourriture. Bien que les impacts du COVID-19 soient immédiats sur les industries de la vente au détail et des services alimentaires, il existe une projection remarquablement incertaine pour l’avenir dans un monde où le virus SRAS-CoV-2 est gérable et où nous retournons à la «normale ” la vie. Il est peu probable que la nouvelle «normale» soit la même pour le niveau de la vente au détail / de la restauration des marchés alimentaires que la vie était en janvier 2020.

Après avoir proposé, dans un premier de parler du contexte, dans un second temps, on évoquera les impacts causés par la pandémie de COVID-19, et pour finir, la question suivante se pose : Qu’arrivera-t-il aux dépenses alimentaires lorsque l’économie se rétablira?

Au Canada, en 20 ans soit de 1997 à 2017, les dépenses dans la nourriture extérieur (commandes, restaurants…) sont passées de 20 à 30%. En effet, les revenus générés par différentes catégories industrielles de commerce de détail et de restauration illustrent bien l’augmentation significative des revenus des services de restauration et des débits de boissons, et à l’inverse, les magasins d’alimentation et de boissons et les magasins d’alcools demeurent relativement stables au cours entre 2004 et 2020. Il faut savoir que les secteurs de la vente au détail et des services alimentaires sont tous deux importants en termes d’emploi au Canada.

Suite à l’apparition du virus, les changements au Canada ont été ressentis dans le système de vente et de restauration:

  1. Les lieux de restauration et de boisson ont été fermés à l’exception des options de plats à emporter ou de livraison.
  2. Il y a eu une augmentation de la demande d’épicerie en ligne qui a provoqué des difficultés pour l’infrastructure existante (en témoigne les sites Web qui se sont écrasés ou fonctionnaient extrêmement lentement et par de longs délais de livraison entre 1 et 2 jours et 10 jours ou plus).

La fermeture des restaurants à table a transféré les achats de nourriture aux épiceries. Cela a considérablement modifié le volume et les types d’aliments achetés dans les épiceries sans que les magasins aient le temps d’ajuster leurs chaînes d’approvisionnement.

Il est difficile de prédire exactement ce qui pourrait arriver dans les secteurs de la restauration et de la vente au détail de produits alimentaires alors que le Canada se remet des effets économiques et sur la santé publique de cette éclosion de COVID-19.

Les élasticités-revenus de la demande pour les achats de produits alimentaires hors du domicile sont considérées comme plus élastiques que les élasticités similaires pour les achats de produits alimentaires à domicile. Il y a donc eu un réel impact potentiel de l’épidémie de COVID-19 sur les dépenses alimentaires potentielles.

 

Résultats:

En 2018 un chercheur a signalé qu’en avril 2018, 28% des 1000 répondants canadiens avaient fait leurs courses en ligne (avec 6% régulièrement). Ces chiffres étaient en hausse par rapport à 15% des répondants au sondage 18 mois plus tôt. En 2018, Statistique Canada a signalé une augmentation des services de restauration et des débits de boissons qui déclarent des ventes en ligne de 7,3% des entreprises en 2016 à 22,9%.

Les résultats mettent en évidence le glissement entre la nourriture hors de la maison et la nourriture à la maison (même en l’absence de fermetures de restaurants) résultant des élasticités-revenus signées de manière opposée.

 

Conclusion:

Les secteurs de la vente au détail et des services alimentaires sont tous deux importants sur le plan économique au Canada. Avant la crise du COVID-19, le secteur de la vente au détail alimentaire évoluait vers des ventes plus élevées dans les supermarchés et les dépanneurs, et le secteur des services alimentaires a considérablement augmenté, prenant des parts de marché alimentaires loin de la vente au détail alimentaire. Les mesures prises dans le cadre des états d’urgence imposés pour faire face à la pandémie au Canada ont changé la réalité de l’achat d’aliments et la confiance des gens dans la capacité du système de vente au détail d’aliments à maintenir une disponibilité constante des aliments et des produits d’épicerie. Certaines réactions du public, telles que l’augmentation des achats en ligne avec livraison d’épicerie, se maintiendront probablement après la fin des restrictions de la pandémie.

 

Références:

 

Effects of COVID-19 on hotel marketing and management: a perspective article

Yangyang Jiang, Jun Wen (2020), Effects of COVID-19 on hotel marketing and management: a perspective article, International Journal of Contemporary Hospitality Management, (Vol. 32, N°8), pages 2563 à 2573 https://doi.org/10.1108/IJCHM-03-2020-0237

 

Mots clés : Artificial intelligence and robotics, Hygiene and cleanliness, Health and health care, Hotel management, COVID-19 pandemic

 

Cet article vise à discuter des effets du COVID-19 sur les pratiques de marketing et de gestion hôtelières et décrit un programme de recherche à trois volets pour stimuler le développement des connaissances dans le secteur hôtelier. Il est basé est basé sur un aperçu de la littérature pertinente sur le marketing et la gestion des hôtels et le comportement des clients de l’hôtel. Les auteurs ont également étudié les tendances des services d’accueil pour proposer un programme de recherche.

 

Développement:

Cet article semble être une étude exploratoire, examinant de manière critique les effets possibles de la pandémie de COVID-19 sur les pratiques de marketing et de gestion des hôtels et la façon dont les hôteliers peuvent répondre à ces défis pour se remettre de cette pandémie.

Après avoir proposé, dans un premier de parler de l’intelligence artificielle et robotique,  on parlera dans un second temps, l’hygiène et la propreté, et pour finir, on aborde la santé et les soins qui y sont rattachés.

À la suite de la pandémie de COVID-19, il y a beaucoup de place pour les chercheurs d’améliorer la compréhension de l’IA et de la robotique basée sur l’IA. On peut donc s’attendre à ce que l’épidémie de COVID-19 accélère la pénétration de la technologie de l’IA et de la robotique dans l’industrie hôtelière pour par exemple utiliser des robots afin fournir un service entièrement sans contact, réceptionnistes robotiques, effectuer les enregistrements par scan du visage, etc. Cela permettrait de mieux servir et ravir les clients de manière innovante et tout en respectant les règles sanitaires lié à la pandémie.

Le présent article recommande aux chercheurs d’étudier comment l’IA mécanique peut être utilisée dans les hôtels pour transformer les services humains routiniers et répétitifs en services sans contact en première ligne. Dans le contexte du COVID-19 et des crises sanitaires similaires, l’IA mécanique peut être adoptée dans les hôtels pour effectuer des tâches de nettoyage et d’assainissement ou pour aider le personnel de l’hôtel. Par exemple, les robots peuvent surveiller la propreté des zones à fort trafic, telles que la quantité de saleté ou de débris dans les couloirs et les ascenseurs, pour alerter le personnel de nettoyage des endroits nécessitant une attention particulière.

Attention, cela ne serrait pas sans conséquences. En effet, alors que l’IA remplace de plus en plus la main-d’œuvre humaine, davantage d’employés risquent de perdre leur emploi et les clients peuvent avoir des expériences différentes lorsqu’ils sont servis par des robots basés sur l’IA plutôt que par des employés des services humains.

Depuis la pandémie de la COVID-19, importance de la propreté et de l’hygiène des hôtels est devenue particulièrement importante ces derniers temps car le COVID-19 peut se propager en touchant des surfaces contaminées par le virus. Dans cet article, on pense alors que les voyageurs fréquenteront probablement les hôtels qui offrent des services d’hébergement et des produits d’hébergement rassurants en termes d’hygiène et de propreté. Les restaurants des hôtels et les autres services devraient alors souligner leur engagement à l’égard des protocoles de sécurité et d’hygiène et des normes d’entretien ménager élevées.

Au milieu de la pandémie COVID-19, de nombreuses personnes ont commencé à reconsidérer leur mode de vie et se concentrer sur le bien-être physique et mental. Compte tenu de ce nouveau besoin des consommateurs, aider les clients à adopter un mode de vie sain pourrait devenir une tendance post-pandémique pour les hôtels. Par exemple, les programmes de méditation, les programmes de désintoxication numérique, les programmes de remise en forme, les programmes d’alimentation saine et les programmes d’hygiène du sommeil sont susceptibles de devenir plus populaires dans le mix marketing des hôtels.

En raison de la crise sanitaire mondiale causée par le COVID-19, les voyageurs sont désormais susceptibles d’accorder plus d’attention à la disponibilité et à la qualité des installations médicales lorsqu’ils prennent des décisions de voyage. Ce besoin de consommation est particulièrement pertinent pour les propriétés hôtelières des villes portes d’entrée, en particulier celles qui reçoivent fréquemment des congrès.

 

Résultats:

Cet article présente un programme de recherche à trois dimensions: l’intelligence artificielle (IA) et la robotique, l’hygiène et la propreté et la santé et les soins de santé. Premièrement, différents types d’IA (mécanique, pensée et sentimentale) pourraient ouvrir des flux de recherche distincts à l’intersection des crises sanitaires et de la gestion hôtelière, à la lumière de la pandémie COVID-19. 

 

Conclusion:

La panique mondiale associée au COVID-19 peut avoir des conséquences durables sur les voyages. Des stratégies efficaces sont nécessaires pour renforcer la confiance des voyageurs et aider les entreprises à se redresser rapidement après cette crise de santé publique.
Le programme de recherche proposé dans cet article n’est pas exhaustif mais indique de nombreuses façons dont le COVID-19 devrait affecter l’industrie hôtelière, y compris l’IA et la robotique, l’hygiène et la propreté et la santé et les soins de santé.
L’épidémie de COVID-19 a perturbé le fonctionnement et même la survie des hôtels du monde entier. Il est temps que les universitaires et les praticiens examinent attentivement les impacts de cette crise et cherchent à améliorer les pratiques de l’industrie.

 

Ouverture:

Cet article recommande aux chercheurs d’aller au-delà des perspectives habituelles sur les antécédents et les résultats de l’hygiène et de la propreté des hôtels pour se plonger dans les perceptions des clients de la propreté de certaines surfaces d’hôtel. De plus, une analyse plus approfondie s’impose sur l’évolution des relations entre les hôtels et le secteur de la santé.

 

Références:

  • Balaji , MS , Jiang , Y. et Jha , S. (2019), «Adoption d’un hôtel vert: un choix personnel ou une pression sociale? »,Revue internationale de gestion hôtelière contemporaine, vol. 31No.8, pp.32873 305.
  • Barber , N. et Scarcelli , JM (2010), «Améliorer l’évaluation de la qualité de service tangible grâce à la création d’une échelle de mesure de la propreté»,Managing Service Quality: An International Journal, Vol. 20n °1.
  • Chan , ES et Lam , D. (2013), «Systèmes de sûreté et de sécurité des hôtels: combler le fossé entre les gestionnaires et les clients»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 32, pp.202216.
  • Chan , JFW , Yuan , S. , Kok , KH , To , KKW , Chu , H. , Yang , J. , Xing , F. , Liu , J. , Yip , CCY , Poon , RWS et Tsoi , HW (2020), “Un cluster familial de pneumonie associé au nouveau coronavirus 2019 indiquant une transmission de personne à personne: une étude d’un cluster familial », The Lancet , Vol. 395 n ° 10223 , pp. 514 – 523 .
  • Chen , MH (2011), «La réponse de la performance hôtelière au développement du tourisme international et aux événements de crise»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 30n °1, pp.200212.
  • Chen , MH , Jang , SS et Kim , WG (2007), «L’impact de l’épidémie de SRAS sur la performance du parc hôtelier taïwanais: une approche d’étude des événements»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 26n °1, pp.200212.
  • Chen , S. , Yang , J. , Yang , W. , Wang , C. et Bärnighausen , T. (2020), «Le contrôle du COVID-19 en Chine lors des mouvements massifs de population au nouvel an»,The Lancet, Vol. 395n °10226, doi:10.1016 / S0140-6736 (20) 30421-9.
  • Chien , GC et Law , R. (2003), «L’impact du syndrome respiratoire aigu sévère sur les hôtels: une étude de cas de Hong Kong»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 22n °3, pp.327332.
  • Choi , J. (2019), «La propreté est-elle vraiment une raison pour les consommateurs de revisiter un hôtel? »,Journal of Environmental Health, Vol. 82n °5, p.1622.
  • Gu , H. et Ryan , C. (2008), «Clientèle chinoise dans les hôtels chinois – préférences et satisfaction»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 27n °3, pp.337345.
  • Han , H. (2013), «L’hôtel de santé: attributs distinctifs pour les voyageurs médicaux internationaux»,Tourism Management, Vol. 36, pp.257268.
  • Han , H. et Hwang , J. (2013), «Multi-dimensions des avantages perçus dans un hôtel médical et leurs rôles dans le processus décisionnel des voyageurs internationaux»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 35, pp.100108.
  • Han , H. , Kim , Y. , Kim , C. et Ham , S. (2015), «Les hôtels médicaux dans le secteur des soins de santé en pleine croissance: impact des résultats perçus des voyageurs internationaux»,Journal of Business Research, Vol. 68n °9, pp.18691877.
  • Hecht , JA et Martin , D. (2006), «Backpacking and hostel-picking: an analysis from Canada»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, vol. 18n °1, pp.6977.
  • Henderson , JC et Ng , A. (2004), «Répondre à la crise: syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et hôtels à Singapour»,International Journal of Tourism Research, Vol. 6n °6, pp.411419.
  • Hoffman , KD , Kelley , SW et Chung , C.-B. (2003), «Une enquête CIT sur les échecs de servicescape et les stratégies de récupération associées»,Journal of Services Marketing, Vol. 17n °4, pp.322340.
  • Huang , M. et Rust , RT (2018), «Intelligence artificielle en service»,Journal of Service Research, Vol. 21No.2, pp.155172.
  • Huang , MH et Rust , RT (2020), «Engagé avec un robot? Le rôle de l’IA dans le service»,Journal of Service Research, doi:10.1177 / 1094670520902266.
  • Hung , KK , Mark , CK , Yeung , MP , Chan , EY et Graham , CA (2018), «Le rôle de l’industrie hôtelière dans la réponse aux épidémies émergentes: une étude de cas du SRAS en 2003 et de la grippe porcine H1N1 en 2009 à Hong Kong»,Mondialisation et Santé, Vol. 14n °1, p. 117.
  • Jayawardena , C. , Tew , PJ , Lu , Z. , Tolomiczenko , G. et Gellatly , J. (2008), «SRAS: leçons de planification stratégique pour les hôteliers et les spécialistes du marketing de destination»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, Vol. 20n °3.
  • Jiang , Y. (2019), «Un processus d’évaluation cognitive du plaisir du client: l’effet modérateur de l’identité du lieu»,Journal of Travel Research, doi:10.1177 / 0047287519872827.
  • Jiang , Y. , Balaji , MS et Jha , S. (2019), «Ensemble, nous tango: facilitation de la valeur et participation des clients à Airbnb»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 82, pp.169180.
  • Kim , SS , Chun , H. et Lee , H. (2005), «Les effets du SRAS sur l’industrie hôtelière coréenne et les mesures pour surmonter la crise: une étude de cas de six hôtels cinq étoiles coréens»,Asia Pacific Journal of Recherche sur le tourisme, vol. 10n °4, pp.369377.
  • Kuo , CM , Chen , LC et Tseng , CY (2017), «Enquête sur un service innovant avec des robots hôteliers»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, Vol. 29n °5.
  • Li , JJ , Bonn , MA et Ye , BH (2019), «Sensibilisation à l’intelligence artificielle et à la robotique des employés de l’hôtel et son impact sur l’intention de rotation: les rôles modérateurs du soutien organisationnel perçu et du climat psychologique concurrentiel»,Tourism Management, Vol. 73, pp.172181.
  • Lo , A. , Cheung , C. et Law , R. (2006), «La survie des hôtels lors d’une catastrophe: une étude de cas de Hong Kong en 2003»,Asia Pacific Journal of Tourism Research, Vol. 11n °1, pp.6580.
  • Lockyer , T. (2005), «L’importance perçue du prix comme une dimension de sélection des hôtels»,Tourism Management, Vol. 26No.4, pp.529537.
  • Lu , L. , Cai , R. et Gursoy , D. (2019), «Développer et valider une échelle de volonté d’intégration de robot de service»,International Journal of Hospitality Management, Vol. 80, pp.3651.
  • Magnini , VP , Crotts , JC et Zehrer , A. (2011), «Comprendre le plaisir des clients: une application de l’analyse des blogs de voyage»,Journal of Travel Research, Vol. 50No.5, pp.535545.
  • Mao , C. , Ding , C. et Lee , H. (2010), «Modèles de récupération des arrivées de touristes après le SRAS: une analyse basée sur une théorie des catastrophes»,Tourism Management, Vol. 31no6, pp.855861.
  • Mariani , M. (2019), «Big data and analytics in tourism and hospitality: a perspective article»,Tourism Review, Vol. 75n °1, pp.299303.
  • Mariani , MM , Baggio , R. , Fuchs , M. et Höpken , W. (2018), «Business intelligence and big data in hôtellerie et tourisme: une revue systématique de la littérature»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, Vol. 30n °12, pp.35143554.
  • Mariani , MM et Perez Vega , R. (2020), «Au-delà du battage médiatique: mécanismes psychologiques permettant l’acceptation, l’adoption et l’engagement avec la technologie de l’intelligence artificielle dans le marketing»,Psychologie et Marketing.
  • Min , H. , Min , H. , Joo , SJ et Kim , J. (2009), «Évaluer les performances financières des hôtels de luxe coréens à l’aide de l’analyse d’enveloppement des données»,The Service Industries Journal, Vol. 29no6, pp.835845.
  • Nguyen , DN , Imamura , F. et Iuchi , K. (2017), «Collaboration public-privé pour la gestion des risques de catastrophe: une étude de cas d’hôtels à Matsushima, Japon»,Tourism Management, Vol. 61, pp.129140.
  • Oh , H. , Assaf , AG et Baloglu , S. (2016), «Motivations et objectifs du tourisme lent»,Journal of Travel Research, Vol. 55No.2, pp.205219.
  • Paraskevas , A. (2013), «Aligner la stratégie sur la menace: une stratégie antiterroriste de base pour les hôtels»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, Vol. 25n °1.
  • Park , H. , Kline , SF , Kim , J. , Almanza , B. et Ma , J. (2019), «Lapropreté de l’hôtel est-elle en corrélation avec les surfaces que les clients contactent? »,Revue internationale de gestion hôtelière contemporaine, vol. 31n °7.
  • Racherla , P. et Hu , C. (2009), «Un cadre pour la gestion de crise basée sur les connaissances dans l’industrie hôtelière et touristique»,Cornell Hospitality Quarterly, Vol. 50No.4, pp.561577.
  • Tung , VWS et Law , R. (2017), «Le potentiel de la recherche sur l’expérience du tourisme et de l’hôtellerie dans les interactions homme-robot»,International Journal of Contemporary Hospitality Management, Vol. 29n °10, doi:10.1108 / IJCHM-09-2016-0520.
  • Tussyadiah , I. (2020), «Une revue de la recherche sur l’automatisation dans le tourisme: lancement des annales de la recherche touristique collection organisée sur l’intelligence artificielle et la robotique dans le tourisme»,Annals of Tourism Research, Vol. 81, p. 102883.
  • Vilnai-Yavetz , I. et Gilboa , S. (2010), «L’effet de la propreté du paysage des services sur les réactions des clients»,Services Marketing Quarterly, Vol. 31n °2, pp.213234.
  • Wang , G. , Zhang , Y. , Zhao , J. , Zhang , J. et Jiang , F. (2020), «Atténuer les effets de la détention à domicile sur les enfants pendant l’épidémie de COVID-19»,The Lancet, Vol. 395n °10228.
  • Wen , J. , Liu , X. et Yu , C. (2020), «Explorer les rôles des services intelligents dans les expériences de voyage des touristes seniors chinois: une application de la théorie de la réactance psychologique»,Anatolie, doi:10.1080 / 13032917.2020.1742750.
  • Wen , J. , Kozak , M. , Yang , S. et Liu , F. (2020), «COVID-19: effets potentiels sur le mode de vie et les voyages des citoyens chinois»,Tourism Review, doi:10.1108 / TR-03- 2020-0110.
  • OMS ( 2020b ), « Le paquet de communication sur les risques COVID-19 pour les établissements de santé ».
  • Xu , S. , Mingzhu , L. , Bu , N. et Pan , S. (2017), «Cadres réglementaires pour l’écotourisme: une application des théorèmes de gestion des flux relationnels totaux»,Tourism Management, Vol. 61, pp.321330.
  • Zemke , DMV , Neal , J. , Shoemaker , S. et Kirsch , K. (2015), «Propreté de l’hôtel: les clients paieront-ils pour une désinfection améliorée? »,Revue internationale de gestion hôtelière contemporaine, vol. 27n °4, pp.690710.
  • Zhang , S. , Diao , M. , Yu , W. , Pei , L. , Lin , Z. et Chen , D. (2020), «Estimation du nombre reproductif du nouveau coronavirus (COVID-19) et du probable taille de l’épidémie sur le bateau de croisière Diamond Princess: une analyse basée sur les données»,International Journal of Infectious Diseases, Vol. 93, pp.201204.
  • Zhou , P. , Yang , XL , Wang , XG , Hu , B. , Zhang , L. , Zhang , W. , Si , HR , Zhu , Y. , Li , B. , Huang , CL et Chen , HD (2020), «Une épidémie de pneumonie associée à un nouveau coronavirus d’origine probable de chauve-souris»,Nature, Pp. 1 – 4 .

 

Évaluation au 26 juin 2020 de l’impact économique de la pandémie de la Covid-19 et des mesures du confinement et du déconfinement en France

Magali DauvinBruno DucoudréÉric HeyerPierre MadecMathieu PlaneRaul SampognaroXavier Timbeau (2020), Évaluation au 26 juin 2020 de l’impact économique de la pandémie de la Covid-19 et des mesures du confinement et du déconfinement en France, Revue de l’OFCE, (166), pages 111 à 160 https://doi.org/10.3917/reof.166.0111

 

Mots clés : Crise danitaire, Mesures de confinement, COVID-19, Prévision macroéconomiques France

 

Dans cet article, les chercheurs analysent les effets de la pandémie de la Covid-19 et des mesures prophylactiques engagées sur l’activité économique, l’emploi et les revenus des agents économiques durant la période allant du 17 mars 2020 au 5 juillet 2020.

En effet, les deux mois de confinement ont conduit à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 32 % et pendant la période de déconfinement progressif du 11 mai au 5 juillet 2020, l’activité se serait réduite de -11 points de PIB par rapport à la situation prévalant avant la crise, signifiant un retour partiel à l’activité « normale ».

 

Développement:

La pandémie de la Covid-19 et les mesures prophylactiques engagées ont déclenché une perte d’activité jamais observée en temps de paix. En effet, le confinement daté du 17 mars 2020 au 10 mai 2020, a conduit à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 32 %. Au cours de ce confinement, la perte de PIB représente 165 milliards d’euros. En effet, les ménages et les entrepreneurs individuels encaissent une perte de revenu de 14 milliards, soit près de 10 % du total. Les entreprises doivent donc absorber un tiers de la perte de revenu, plus de 50 milliards d’euros.

Après avoir proposé, dans un premier de parler du déconfinement progressif, dans un second temps, et on parlera des comptes des agents institutionnels, puis on évoque la notion de l’épargne forcée, avant de finir avec une reprise du travail sans création d’emploi.

La France est un des pays ayant mis en œuvre les mesures de confinement et de distanciation physique les plus strictes en Europe. Suite au déconfinement progressif, à partir du 11 mai 2020, les fermetures des commerces non essentiels ont été progressivement levées, même si certains secteurs restent contraints.

Il existe peu de données disponibles sur le comportement des Français depuis le début du déconfinement. Néanmoins, les données de mobilité suggèrent un retour à la normale des comportements.

Une tendance à la reprise de l’activité est visible depuis le 11 mai même si celle-ci est inégale selon les secteurs. Des modifications importantes de la demande des ménages subsistent et des contraintes pèsent toujours sur l’appareil productif. Ces chocs, qui affectent sévèrement l’activité dans certains secteurs, se diffusent à l’ensemble du tissu productif à travers la demande en consommations intermédiaires que les branches adressent au reste de l’économie. Pendant la période de déconfinement, la dynamique de la demande finale par produit dépend simultanément de la levée progressive des mesures de distanciation sociale et de la normalisation du comportement des ménages.

Au cours de la période du 11 mai au 1er juin, la consommation alimentaire resterait élevée – comme ceci a déjà été observé pendant le confinement – expliquant une demande forte dans l’agriculture (AZ) et les industries alimentaires.

A contrario, la consommation en hébergement-restauration (IZ) resterait à un niveau historiquement bas et la normalisation de la consommation automobile (C4) n’a pas eu lieu au mois de mai, comme le suggèrent les premières données des immatriculations de véhicules neufs.

 

Suite à ce graphique on voit seulement 4 branches seraient contraintes par l’offre pendant la période de déconfinement allant jusqu’au 5 juillet : l’agriculture (AZ), les industries agro-alimentaires (C1), les activités immobilières (LZ) et la branche des administrations publiques (OQ).

La question de l’utilisation de cette épargne accumulée est centrale pour élaborer un scénario de reprise à court et moyen terme. Si l’anticipation du comportement des ménages est complexe, d’autant plus dans le contexte actuel, l’enquête Budget des Familles de l’Insee nous renseigne sur l’utilisation que déclarent faire les ménages d’un revenu exceptionnel. En moyenne, 20 % des ménages tendent à répondre qu’ils épargneraient leur revenu supplémentaire avec une propension à épargner légèrement plus importante pour les ménages les plus aisés. De même, 20 % des ménages en moyenne déclarent souhaiter dépenser davantage dans les loisirs ou les vacances.

 

Résultats:

Selon les estimations des chercheurs, la consommation des ménages entre le 17 mars et le 11 mai aurait baissé de 65 milliards. Ils estimons ainsi qu’entre le 11 mai et le 5 juillet 2020, l’épargne des ménages a crû de 20 milliards d’euros sous l’effet, d’une part, d’une consommation empêchée qui devrait se chiffrer à 24 milliards d’euros et, d’autre part, d’une poursuite de la baisse du revenu disponible des ménages à hauteur de 4 milliards d’euros. C’est à partir des données des enquêtes Revenus fiscaux et sociaux et Budget des familles de l’Insee qu’ils proposent une estimation à la fois des baisses de revenus enregistrées par les ménages mais aussi de la consommation empêchée pour les ménages et ce par décile de niveaux de vie.

Malgré l’accroissement des dépenses d’alimentation ainsi que certaines dépenses liées à l’habitation (chauffage, produits d’entretiens, …), nous estimons qu’en moyenne l’ensemble des déciles de niveau de vie devraient voir leurs dépenses de consommation se réduire au cours des seize semaines étudiées. Au sein de ces déciles, ces évolutions peuvent être très hétérogènes selon la composition familiale, le statut d’occupation du logement ou le fait que les salariés du ménage aient continué ou non à travailler durant les seize semaines étudiées. Néanmoins, en moyenne, même en bas de la distribution des niveaux de vie, les économies réalisées en termes de transport ou d’hébergement-restauration devraient plus que compenser l’accroissement de certaines dépenses contraintes, notamment celles liées à l’alimentation.

 

Conclusion:

L’impact de la crise sanitaire serait massif sur la croissance annuelle de l’activité économique française en 2020 : au cours de ces seize semaines, la perte de PIB représente 165 milliards d’euros et pèserait de 6,6 points sur la croissance du PIB de l’année 2020.

Les pertes de revenu des ménages sont plus que compensées par la diminution de la consommation, engendrant une épargne « forcée » atteignant 75 milliards d’euros sur les seize semaines. Cette épargne est concentrée au sein des ménages les plus riches. Le dispositif d’activité partielle quant à lui permet d’indemniser les entreprises effectivement touchées par les conséquences de la pandémie, tout en limitant les destructions d’emplois et la perte de revenu des salariés.

Les motifs principaux de recours à l’activité partielle évoluent : baisse d’activité pendant le confinement, gardes d’enfant et vulnérabilité au virus pendant les premières phases du déconfinement. Si le recours au dispositif « vulnérable » reste limité, il pourrait être un facteur plus déterminant au cours des prochains mois dans le cas d’un éventuel rebond de la pandémie.

 

Références:

  • Balleer Almut, Gehrke Britta, Lechthaler Wolfgang, Merkl Christian, 2014, « Does Short-Time Work Save Jobs? A Business Cycle Analysis », CESifo Working Paper, n° 4640, Center for Economic Studies and Ifo Institute (CESifo), Munich.
  • Boeri Tito, Brücker Herbert, 2011, « Short-time work benefits revisited: Some lessons from the Great Recession », IZA Discussion Papers, n° 5635, Institute for the Study of Labor (IZA), Bonn.
  • Cahuc P., F. Kramarz et S. Nevoux, 2018, « When short-time work works », CEPR Discussion Paper, n° 13041.
  • Département analyse et prévision de l’OFCE, 2020, « Évaluation au 20 avril 2020 de l’impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de confinement en France : comptes d’agents et de branches », OFCE Policy brief, n° 66, 20 avril.
  • Département analyse et prévision de l’OFCE, sous la direction d’Éric Heyer et de Xavier Timbeau, 2020, « Évaluation de l’impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de confinement sur l’économie mondiale en avril 2020 », OFCE Policy brief, n° 69, 5 juin.
  • Dubois E., 2006, « Étalonnages à l’aide d’enquêtes de conjoncture : de nouveaux résultats », Économie & prévision, n° 172, janvier.
  • Bruno Ducoudré et Pierre Madec, 2020, « Évaluation au 6 mai 2020 de l’impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de confinement sur le marché du travail en France », OFCE Policy brief, n° 67, 6 mai.
  • Mattia Guerini, Lionel Nesta, Xavier Ragot, Stefano Schiavo, 2020, « Dynamique des défaillances d’entreprises en France et crise de la Covid-19 », OFCE Policy brief, n° 73, 19 juin.
  • Giupponi, G. et C. Landais, 2018, « Subsidizing labor hoarding in recessions: The employment and welfare effects of short-time work », CEPR Discussion Paper, n° 13310.
  • Giulia Giupponi et Camille Landais, 2020, « Building effective short-time work schemes for the COVID-19 crisis », VOX, 1er avril.
  • Hijzen A. et D. Venn, 2011, « The Role of Short-Time Work Schemes during the 2008-09 Recession », OECD Social, Employment and Migration Working Papers, n° 115, OECD Publishing.
  • Insee, 2014, « Qui épargne ? Qui désépargne ? », Insee Référence, juillet 2014.
  • Insee, 2020, « Les données ‘haute fréquence’ sont surtout utiles à la prévision économique en période de crise brutale », Point de conjoncture du 17 juin.
  • Florence Jusot, Pierre Madec, Jean-Philippe Bertocchio, Bruno Ducoudré, Mathieu Plane, Raul Sampognaro, Xavier Timbeau, Bruno Ventelou, Jérôme Wittwer, 2020, « Les « vulnérables » à la COVID-19 : essai de quantification », OFCE Policy brief, n° 74, 26 juin.
  • Kopp D. et M. Siegenthaler, 2019, « Short-time work and unemployment in and after the Great Recession », KOF Swiss Economic Institute Working Paper, n° 462.
  • Lydon R., T. Y. Mathä et S. Millard, 2018, « Short-time work in the Great Recession: firm-level evidence from 20 EU countries », Bank of England staff working paper, n° 771.
  • Péléraux H., 2017, « L’indicateur avancé pour la zone euro », Note Méthodologique OFCE, mai.
  • Timmer, M. P., Dietzenbacher E., Los B., Stehrer R. et de Vries G. J., 2015, « An Illustrated User Guide to the World Input–Output Database: The Case of Global Automotive Production », Review of International Economics, n° 23, pp. 575-605

 

Étude spéciale. Impact du choc de demande lié à la pandémie de la Covid-19 en avril 2020 sur l’activité économique mondiale

Magali DauvinPaul MallietRaul Sampognaro (2020), Étude spéciale. Impact du choc de demande lié à la pandémie de la Covid-19 en avril 2020 sur l’activité économique mondiale, Revue de l’OFCE, (166), pages 161 à 193 https://doi.org/10.3917/reof.166.0161

 

Mots clés : Pandémie COVID-19, Base WIOD, Choc de demande, Chaînes de valeur mondiales

 

Depuis la mi-mars 2020, de nombreux pays ont mis en place des mesures de confinement incitant les populations à limiter les interactions physiques afin d’enrayer la crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19. Ces dernières se sont traduites par une baisse de la demande qui s’est ensuite diffusée à l’ensemble de l’économie à travers le tissu productif.

Dans cette étude, nous étudions la transmission des mesures de confinement en vigueur en avril 2020 à l’économie mondiale en mobilisant les tableaux entrées-sorties issus de la World Input-Output Database (WIOD) publiés en 2016.

 

Développement:

Dans cet article, on parle des différentes mesures de confinement se sont répercutées sur l’activité économique et se sont traduites par une forte chute de la demande – consommation et investissement – qui s’est ensuite diffusée à l’ensemble du tissu productif domestique mais également étranger.

Les chercheurs cherchent à analyser l’impact de choc sur l’économie mondiale en partant des tableaux entrées-sorties issus de la World Input-Output Database (WIOD).

Après avoir proposé, dans un premier de parler des mesures de confinement à la baisse de la demande, dans un second temps, et on parlera de la baisse de la demande intérieure à un choc de la demande mondiale.

Le choc économique engendré par la réponse sanitaire à l’épidémie de la Covid-19 est inédit. La fermeture des commerces non essentiels et le confinement de la population provoquent des modifications massives de la demande des ménages et des entreprises et génèrent en même temps des contraintes dans l’appareil productif.

Les fortes restrictions imposées auraient généré une chute des ventes de biens industriels.

Il y a eu une réel baisse mondiale de la consommation et de l’investissement en points de PIB par pays. Celle-ci dépend du choc lié aux mesures de confinement propres à chaque pays (première ligne du tableau), du contenu en importations de la demande finale et de la part de marché du pays sur les marchés de biens finals.

La base de données WIOD permet d’avoir une représentation de l’interaction des emplois et des ressources de 44 pays, détaillée en 56 produits.

Hypothèses:

  • La structure de la demande finale est fixe
  •  Les prix des biens et des facteurs sont rigides et que les branches utilisent une proportion fixe de leur production en consommations intermédiaires

 

Résultats:

La base sur laquelle porte l’analyse/l’étude est composée de 44 pays et 56 secteurs réduits à 12 zones et 17 secteurs. L’hétérogénéité observée entre les pays, tant dans la date de mise en place que dans le contenu des mesures prises, nous amène à prendre pour référence le mois d’avril puisqu’à l’exception de la Chine il englobe la majeure partie des périodes de confinement.

Selon l’évaluation des chercheurs, les mesures de confinement et de distanciation sociale mises en place à leur niveau du mois d’avril conduiraient à une baisse de 19 % de la valeur ajoutée mondiale.

Ils observent ainsi une baisse des dépenses privées effectuées dans chacun des pays, qui se diffuse ensuite à l’ensemble du tissu productif national et mondial à travers la demande en consommations intermédiaires que les branches adressent au reste de l’économie mondiale et à travers la demande de biens étrangers finaux.

Ces résultats illustrent l’hétérogénéité des impacts du confinement mondial sur les différentes économies du globe, en fonction de leur exposition au commerce international ; ce qui conduit à avoir des pays pour lesquels l’impact sur l’activité est plus fort que le choc de demande initial tandis que pour d’autres c’est l’inverse.

 

Conclusion:

La dépendance vis-à-vis de l’étranger, à travers les exportations nettes (tourisme compris), constitue une fragilité supplémentaire face à une crise de cette ampleur. Les pays les plus impactés par les mesures de confinement prises en avril sont les pays européens. En premier lieu ceux où le confinement a été le plus strict, en particulier la France, l’Espagne et l’Italie mais également ceux pour lesquels la contribution extérieure à la baisse de l’activité est plus importante, malgré des politiques de confinement moins sévères, l’Allemagne étant particulièrement affectée par ce canal.

L’Allemagne, la Chine, le Japon et le reste du monde se distinguent par une contribution du commerce extérieure au PIB négative tandis que les autres des pays européens bénéficieraient d’une amélioration de leur balance commerciale en diffusant une partie du choc de demande national à leurs partenaires commerciaux.

En revanche, la France, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni sont quant à eux relativement moins soumis au reste du monde puisque la contribution à la baisse de leur VA est de l’ordre de 15 %, soit près de 5 points. Cela tient à leur position davantage en aval dans les chaînes de production mondiales.

En définitive, les pays les plus impactés par les mesures de confinement prises en avril sont les pays européens où le confinement a été le plus strict.

 

Références:

  • Leontief W. W., 1941, The structure of American Economy, 1919-1929, Cambridge, MA, Harvard University Press.
  • Hambÿe C., 2012, « Analyse entrées-sorties, Modèles, Multiplicateurs, Linkages », Bureau fédéral du Plan Working Paper, 12-12.
  • Gerschel E., Martinez A. et I. Méjean, 2020, « Propagation des chocs dans les chaînes de valeur internationales : le cas du coronavirus », Note IPP, n° 53, Institut des Politiques Publiques.
  • Timmer M. P., Dietzenbacher E., Los B., Stehrer R. et G. J. de Vries, 2015, « An illustrated user guide to the world input-output database : The case of global automotive production », Review of International Economics, vol. 23, n° 3, pp. 575-605.

 

Le marketing dans l’assurance : le tournant du digital

Pierre-Alain de Malleray (2017), Le marketing dans l’assurance : le tournant du digital, Revue d’économie financière, (N° 126), pages 145 à 168 https://doi.org/10.3917/ecofi.126.0145

 

Mots clés : Marketing, Assurance, Digital

 

L’industrie de l’assurance se caractérisait jusqu’ici par un marketing offensif, de masse, tourné quasi exclusivement vers la construction d’une image de marque. Cette image était destinée à inspirer confiance dans la marque et les produits, et à alimenter des réseaux de distribution traditionnels (agences ou réseaux salariés). Ce modèle est aujourd’hui remis en cause par la digitalisation croissante des canaux de distribution des assureurs. Cette dernière rend plus difficile la différenciation des offres, donc la construction de l’image de marque. Par ailleurs, elle ouvre un champ des possibles extrêmement vaste concernant le ciblage commercial, rendant obsolète le marketing de masse. Au total, elle constitue une opportunité majeure pour les acteurs qui sauront comprendre les codes du digital, tant dans la distribution des offres que dans le service rendu au client. Elle constitue tout autant une menace pour les autres.

 

Développement:

Dans cet article, sont décrit les changements à l’œuvre dans le marketing de l’assurance liés à la digitalisation du secteur. Le marketing doit être entendu, selon la définition proposée par l’American Marketing Association, comme l’activité consistant à « planifier et mettre en œuvre l’élaboration, la tarification, la communication et la distribution d’une idée, d’un produit ou d’un service en vue d’un échange mutuellement satisfaisant pour les organisations comme pour les individus ».

Le champ analysé ici est celui de l’assurance des particuliers et des professionnels, l’assurance d’entreprise étant exclue car elle implique des modalités de marketing et de distribution très différentes. Les principales lignes d’affaires considérées sont l’assurance automobile, habitation, vie et santé, qui représentent la grande majorité du marché.

Après avoir proposé, dans un premier d’aborder la marketing traditionnel, dans un second temps, et on parlera également de la digitalisation.

Toute stratégie marketing dans le secteur de l’assurance doit tenir compte de certaines caractéristiques essentielles du produit, qui ne le rendent semblable à aucun autre. L’assurance n’est pas un produit qui fait rêver, en effet, les marketeurs d’assurance n’arriveront pas à projeter le consommateur dans un univers où l’adhésion au produit est forte. L’assurance est uniquement perçue comme une obligation et il faut avouer que c’est un domaine très compliqué à comprendre et où beaucoup de personnes on l’impression de se faire avoir.

Là où les enseignes de luxe, d’habillement ou de sport invitent le consommateur à se projeter dans un univers désirable où il est en pleine forme, élégant et entouré d’objets de valeur, les assureurs n’ont d’autre choix que d’inviter leurs clients à envisager le pire, à savoir : l’accident, la maladie, la dépendance, la mort, les obsèques ou la succession.

L’acte d’achat d’assurance est étroitement associé à des moments de vie. Le consommateur recherche rarement un produit d’assurance pendant son temps libre pour améliorer ou optimiser sa couverture contre tel ou tel risque. Il s’intéresse à l’assurance le plus souvent parce qu’un événement particulier l’y a conduit : un déménagement, l’achat d’une voiture, un changement de travail, l’entrée dans la vie active, une naissance, un divorce, le passage à la retraite, etc.

Au niveau mondial, les assureurs suscitent moins de confiance de la part des consommateurs que les banques.

Pour la réalisation de leurs annonces, les acteurs ont déployé l’ensemble des techniques traditionnelles bien connues des publicitaires afin de créer, selon le terme consacré, de la « rémanence » : des slogans, des jingles, des mascottes, etc. Le but du message est souvent le suivant: les idées sont simples et renvoient toutes aux mêmes thématiques : le prix, la tranquillité d’esprit, le service client ou l’absence de but lucratif de l’assurance (pour les assureurs mutualistes).

La stratégie de l’irruption du digital dans l’assurance est difficile à quantifier et est progressivement remise en cause par la digitalisation des canaux de distribution. La part des ventes en ligne d’assurance ne peut donc être estimée que par sondage auprès de clients ou de compagnies. Ces derniers indiquent une proportion qui varie beaucoup en fonction des études, mais qui peut être estimée autour de 10 % à 15 % dans la plupart des pays industrialisés, dont la France.

La vente d’assurance aux particuliers est une transaction complexe, qui mêle plusieurs phases de recherche d’information, de demande d’avis, de conseil, de réalisation de la transaction et d’après-vente. Si la part des ventes effectuées en ligne, bien qu’incertaine, est aujourd’hui (en 2017) minoritaire (sauf au Royaume-Uni), les consommateurs ont déjà basculé majoritairement sur Internet pour la phase avant-vente de recherche d’information.

Une chose est sûre : les ventes en ligne sont en croissance. En effet, la croissance des canaux digitaux ressort de toutes les études citées précédemment. Elle peut aussi se déduire de l’examen des données concernant les requêtes sur les moteurs de recherche, en particulier Google qui détient une part de marché ultradominante en France. Il est intéressant de se pencher sur les ressorts de cette croissance. Plus généralement, l’assurance ne peut rester durablement à l’écart d’une tendance de fond qui voit la publicité digitale progressivement supplanter la publicité off line. À cet égard, 2017 représente une année historique, puisque c’est la première fois que les analystes s’attendent à ce que les dépenses marketing digitales dépassent, aux États-Unis, celles du média jusqu’ici roi : la télévision.

Cette montée en puissance des canaux digitaux a pour conséquence de placer le critère du prix au cœur du marketing et du produit. Les comparateurs qui, dans certains pays comme au Royaume-Uni, sont un mode dominant d’entrée en relation avec le client ne font qu’accentuer ce phénomène. Les offres d’assurance sont, en fonction des garanties demandées, classées par prix croissant, ce qui en fait l’élément déterminant.

Le big data a permis dans de nombreux domaines de révolutionner le marketing en rendant le ciblage commercial plus efficace, et ce grâce aux cookies. Comme pour les produits de grande consommation, les technologies du display du retargeting ou des algorithmes de recommandation permettent aux assureurs d’améliorer leurs taux de conversion. Cela est d’autant plus important en assurance que l’acte d’achat est, on l’a vu, centré sur des moments de vie qu’il s’agit de détecter.

 

Résultats:

L’étude de 2013 fondée sur des sondages auprès de consommateurs pour des produits standards (auto, habitation) réalisée par Finaccord en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Pologne et au Royaume-Uni a montré que :

  • les canaux en ligne, qu’il s’agisse des sites d’assureurs ou de comparateurs, représentaient une moyenne de 42 % des ventes en 2012 ;
  • ce dernier chiffre était de 36 % en 2008 ;
  • le Royaume-Uni détenait le record de la part de transactions en ligne (69 %) ;
  • la France détenait la part la plus faible (25 %) ;
  • la part des ventes en ligne a progressé significativement dans chacun des six pays étudiés entre 2008 et 2012.

Ces analyses ne convergent pas sur l’évaluation de la part du e-commerce dans l’assurance, du fait principalement des biais méthodologiques dans la définition de ce que recouvre la notion d’e-commerce.

 

Conclusion:

Avec le temps, la vente de produit en ligne ne fait que d’augmenter grâce aux différents canaux de digitalisation. On a pu voir dans cette article que la montée en puissance des canaux digitaux a également pour conséquence de placer le critère du prix au cœur du marketing et du produit.

 

Références:

  • Accenture (2016), « Coming to Terms with Insurance Aggregators: Global Lessons for Carriers ».
  • Bain & Company (2014), Customer Loyalty in P&C Insurance: US Edition.
  • Bain & Company (2016), Customer Behavior and Loyalty in P&C Insurance: Global Edition.
  • CapGemini et Efma (2016), World Insurance Report.
  • Clickstream/Netview Nielsen (2014), étude, janvier-mars.
  • EY (Ernst & Young) (2011), Bringing Profitability Back from the Brink of Extinction: a Report on the UK Retail Motor Market.
  • EY (2014), Global Consumer Insurance Survey.
  • Finaccord (2013), Aggregation Metrics: Consumer Approaches to Insurance Comparison Sites in Europe, février.
  • McKinsey (2014), Global Insurance Industry Insights, an In-Depth Perspective.
  • Morgan Stanley et BCG (Boston Consulting Group) (2014), « Insurance and Technology, Evolution and Revolution in a Digital World », Blue Paper, septembre.
  • Swiss Re (2014), « Digital Distribution in Insurance: a Quiet Revolution », Sigma, n° 2/2014.
  • The Content Strategist (2017), février.

 

Introduction. Entre valeurs et performances : les défis de la finance mutualiste

Michel Roux (2019), Introduction. Entre valeurs et performances : les défis de la finance mutualiste, Revue d’économie financière, (N° 134), pages 11 à 20 https://doi.org/10.3917/ecofi.134.0011

 

Mots clés : Valeurs, Performances, Finance mutualiste

 

Les entreprises du secteur financier mutualiste ont été créées au cours de la deuxième moitié du 19ème siècle pour permettre à leurs adhérents d’avoir accès à des services financiers de banque et d’assurance. La philosophie présidant à leur création était de faire primer le service rendu à leurs membres sur la rentabilité financière. En ce début de 21ème siècle, le secteur financier mutualiste compte de nombreux acteurs majeurs du système financier. Ce numéro présente un état des lieux de cette finance mutualiste, aborde les grands défis auxquels elle est confrontée et interroge sa fidélité aux valeurs proclamées.

 

Développement:

Ce numéro est divisé en quatre parties. La première présente la genèse de ce secteur et les valeurs qu’il incarne. Une seconde partie est consacrée aux différents acteurs dans la banque et l’assurance et à leurs rôles. La troisième partie analyse la gouvernance de ces acteurs, les conflits possibles entre la nécessaire efficience et le respect des valeurs. Enfin, une dernière partie trace les enjeux du futur auxquels fait face la finance mutualiste, la course à la taille, les difficultés réglementaires, la digitalisation.

La Chronique d’histoire financière traite des relations entre monnaie et protectionnisme aux Etats-Unis après la guerre de Sécession et un article « divers » analyse le rôle des eurodollars et du shadow banking dans le cadre du statut international du dollar et des mutations du système financier.

Nous allons parler ici, de l’entre valeurs et performances : les défis de la finance mutualiste.

Alors que la planète politico-économique connaît une nouvelle forme de barbarie où les rapports de force reprennent clairement le pas sur les équilibres patiemment forgés par quelques instances, notre avenir se joue face à de nouveaux acteurs (GAFA, Google, Apple, Facebook et Amazon) peu enclins à rendre compte à la société.

Un monde marqué par de multiples causes d’instabilité qui se traduisent par des changements de repères et de paradigmes. Les résistances aux changements sont nombreuses et nous sommes qu’aux premières étapes de ce que les psychosociologues appellent la courbe du changement où individus et institutions connaissent successivement des états de déni, de pertes de repères, d’impatience en attendant, parfois, la colère avant d’admettre leur utilité.

La question alors posée est: Comment souscrire aux attentes d’une révolution culturelle de la sphère financière vers une finance plus responsable?

La recherche perpétuelle de croissance et de l’accumulation des profits, longtemps considérées comme suffisantes pour donner une signification à la production, n’est plus une fin viable à long terme. Nous assistons, probablement, à la fin du mythe de la croissance éternelle dans un monde où les conséquences sociales de la transition numérique et climatique sont incertaines : nous allons devoir apprendre à élargir notre conception du progrès.

L’économie ne peut fonctionner harmonieusement dans l’instabilité financière. Elle ne peut pas non plus fonctionner sans la finance. Les péripéties de la crise qui a débuté en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers, suivie par celle des dettes souveraines en Europe, en passant par les circuits opaques de l’évasion fiscale, ont souligné les risques.

En France, les institutions coopératives et mutualistes sont un indéniable succès économique : elles représentent près de 60 % des dépôts bancaires, assurent un véhicule sur deux, près d’une habitation sur deux, une complémentaire santé sur deux.

Alors que le modèle mutualiste est parfois remis en cause par certains, il est toujours aussi moderne et fait la preuve de son utilité dans notre société. La proximité, la solidarité, la non-obsession du profit et la démocratie sont les fondements philosophiques des mutuelles.

Les chercheurs soulignent la place occupée par le mutualisme en Europe et rappellent que les entreprises qui le constituent sont nées pour apporter des solutions de confiance, de solidarité et de large répartition du progrès à la masse des personnes impactées par les révolutions industrielles successives depuis plus d’un siècle et demi.

Le mutualisme est pourtant une forme d’organisation particulièrement adaptée à la société du xxie siècle. Face à la fragmentation sociale, à la finance de court terme et aux monopoles dominants, il oppose un modèle démocratique, fondé sur la responsabilité collective, la priorité au client-sociétaire et l’utilité sociale de long terme.

La caractérisation des attentes des clients des banques coopératives montre leur caractère multiforme où différents types de performances sont attendues : financières, commerciales, territoriales et communautaires.

De plus, la digitalisation des mutuelles apparaît comme un vecteur de renforcement dans la recherche d’une meilleure interaction sociétale avec leur partie prenante.

 

Résultats:

Sans pouvoir prétendre à être seul l’avenir de nos économies de marché, la finance mutualiste pourrait être le vecteur majeur d’une finance durable au service de l’économie réelle.

 

Conclusion:

Dans le cadre d’une interview, Pascal Demurger considère que dans le contexte actuel d’incertitudes, le modèle mutualiste a des choses à dire. Au fil des années, il a démontré sa capacité à faire primer l’intérêt collectif sur le bénéfice individuel, à privilégier la performance de long terme plutôt que le profit immédiat. Bien sûr, le statut ne suffit pas à produire de la vertu, mais les acteurs mutualistes disposent de véritables atouts pour être demain aux avant-postes des entreprises qui se démarqueront par leur capacité de concilier performance et contribution positive au mieux commun.

 

 

Les stratégies d’internationalisation en assurances

Nicolas DesombreDenis DuverneAmélie de Montchalin (2017), Les stratégies d’internationalisation en assurances, Revue d’économie financière, (N° 126), pages 51 à 64 https://doi.org/10.3917/ecofi.126.0051

 

Mots clés : Stratégies, Internationalisation, Assurances

 

Les grandes compagnies d’assurance sont confrontées à une multitude de défis qui appellent à une transformation profonde de leurs organisations, leurs ambitions et leurs modes de fonctionnement. Alors que les grands assureurs européens ont été dès le début des années 1980 les pionniers de la dynamique d’internationalisation à travers de nombreuses acquisitions transfrontalières au niveau mondial, l’évolution de leur environnement les contraint à s’interroger sur leur « raison d’être » à l’international. Les stratégies d’internationalisation depuis trente ans sont restées guidées par l’expansion géographique plus que par une convergence entre les produits vendus, réduisant ainsi les économies d’échelle potentielles. La régulation financière et les conditions de marchés, ainsi que les ruptures technologiques, poussent aujourd’hui les compagnies d’assurance à se recentrer sur des marchés stables et offrent de la visibilité économique et politique. Les exigences de rentabilité et de cohérence stratégique sont actuellement fortes et appellent à l’optimisation de la présence internationale plutôt qu’à son expansion foisonnante.

 

Développement:

Suite à la sortie de la crise de 2008, es assureurs doivent transformer leur offre de produits d’assurance vie et d’épargne prévoyance car leur capacité à fournir conjointement liquidité, sécurité et rendement a été fortement réduite dans un environnement de taux d’intérêt à long terme nuls ou négatifs. Dans le même temps, un certain nombre d’assureurs vie cherchent à se séparer de leurs portefeuilles.

Dans cet article, nous allons parler de l’internationalisation dans le secteur des assurances.

Après avoir proposé, dans un premier temps les grandes tendances d’internationalisation du secteur de l’assurance, dans un second temps, on aborde la quête de croissance profitable et durable, ensuite pour finir, on abordera les facteurs de succès à l’internationalisation des assureurs.

  1. Le premier défi est celui créé par l’environnement économique et financier, avec des marchés actions volatils, à la performance faible en moyenne depuis la sortie poussive de la crise de 2008, et surtout des taux d’intérêt nominaux à long terme historiquement bas.
  2. Le second défi est celui de la révolution numérique : big datablockchain et digitalisation. L’assurance moderne a été longtemps dépendante de données historiques, statistiques et agrégées et a désormais accès en temps réel à des données, comportementales et personnalisées, qui lui permettent de définir des nouveaux produits d’assurance et services.
  3. Le troisième défi est celui de l’évolution des comportements et des objectifs des clients et des collaborateurs face à l’assurance. Traditionnellement, les assurés demandaient à leur assureur la garantie d’une protection financière face à des chocs ou des événements tels que prévus dans le contrat initial scellant leur relation mutuelle.
  4. le quatrième défi est celui de la complexité grandissante de la réglementation assurantielle, nationale et internationale. Sur le volet financier, la mise en œuvre du nouveau cadre Solvabilité II, en janvier 2016, en Europe crée un cadre unifié de gestion économique des grands groupes d’assurance, notamment grâce à l’établissement de modèles internes.

L’internationalisation de l’assurance s’est réalisée à travers la création d’acteurs globaux « multidomestiques » plutôt que par la vente de produits d’assurances « uniformes » au niveau mondial.

La digitalisation de l’économie et les nouvelles habitudes d’achat des clients (« en ligne » plutôt que par des agents ou des courtiers), ainsi que les encouragements réglementaires européens à faire émerger un marché unique des services financiers pourraient modifier la tendance.

Dans les trente dernières années, l’internationalisation du secteur de l’assurance a été progressive, avec quelques exemples de croissance organique « green field » dans les pays émergents notamment, mais surtout tirée par des acquisitions majeures et/ou des accords de bancassurance de long terme dans les pays développés. L’internationalisation n’a donc pas été linéaire et structurelle, mais au contraire relativement opportuniste au gré notamment du rythme des ouvertures réglementaires aux investisseurs étrangers ou de cessions d’activités d’assurance par des groupes domestiques.

Entre 2000 et 2015, la part du chiffre d’affaires généré dans leur pays d’origine par les assureurs dits « systémiques » (les neuf plus grands assureurs internationaux) est passée en moyenne de 57 % à 48 %. Pendant cette période, les plus grands assureurs tels que AXA, Allianz, Generali et Aviva ont généré la majeure partie de leur croissance à l’international, leur permettant un développement plus rapide que leurs concurrents purement locaux. Progressivement, pour ces acteurs, les stratégies d’internationalisation se sont portées au-delà de leur région d’origine.

Les grands assureurs mondiaux ont dans leur ensemble relativement bien résisté aux chocs financiers induits par la crise de 2008. Après l’éclatement de la bulle financière en 2008-2009 et l’atonie de la croissance économique dans les pays matures qui continue d’en découler, les plus grands assureurs ont été tentés de poursuivre leur quête de croissance à l’international dans les pays émergents. Mais la crise de 2008 a fragilisé des stratégies reposant trop sur l’optimisation du capital au-delà de pures stratégies industrielles.

L’assurance a ainsi un potentiel de développement extrêmement dépendant de la maturité économique et financière du pays en général. Les stratégies d’internationalisation des grands assureurs occidentaux vers les marchés où l’assurance est aujourd’hui peu présente sont ainsi à voir comme un pari sur l’avenir économique du pays, une plus forte industrialisation et urbanisation accroissant les besoins en assurance dommages, et une plus grande capacité d’épargne, rendant possible une plus forte croissance de l’assurance vie, de l’assurance santé et des produits d’épargne prévoyance.

L’internationalisation des assureurs a pu dans certains cas découler de celle de leurs clients – grandes entreprises industrielles ou de services cherchant à bénéficier de la même couverture de risques, pour leurs activités et leurs employés au-delà de leurs marchés initiaux.

  1. La capacité à entrer dans un pays étranger en tant qu’assureur originaire d’un autre pays est avant tout encadrée par les règles d’ouverture au capital étranger et par l’encadrement réservé aux investissements étrangers.
  2. Le deuxième niveau de régulation, après les règles d’installation, est celui lié aux codes des assurances et la facilité à obtenir une licence pour opérer et distribuer des produits d’assurance. Dans certains pays, cette licence est octroyée par grandes lignes de métiers (dommages, vie, santé), dans d’autres, une fois la ou les licences obtenues, l’autorisation est octroyée par région ou produit par produit (actuellement la plupart des pays africains ont une supervision où la licence est octroyée produit par produit, ce qui ralentit fortement la capacité d’innovation).
  3. Le troisième niveau est celui de la stabilité du droit et des régimes politiques. Dans de nombreux pays, moins que la régulation assurantielle elle-même, un facteur clé est la stabilité du droit (le pouvoir du juge pour régler des contentieux entre un assureur et ses assurés), l’évolution de la jurisprudence (essentielle pour la responsabilité civile, le respect des activités privées (face à un partenaire d’affaire local et face à l’État lui-même) et l’égalité de traitement des acteurs étrangers face aux acteurs locaux.
  4. Le dernier niveau réglementaire est celui des régulations adjacentes et qui permettent à l’assureur de se développer, d’innover et de distribuer ses produits, tout en maintenant un niveau de pratique commerciale adaptée à ses pratiques et ses normes internes.

 

Conclusion:

L’internationalisation n’est plus une fin en soi pour de nombreux grands assureurs, elle reste pour beaucoup d’entre eux indispensable à leur positionnement concurrentiel pour maintenir une taille critique et des économies d’échelle face à la pression réglementaire et la transformation radicale du secteur poussée par la digitalisation.

Les plus grands groupes internationaux ont pratiquement tous annoncé des politiques de « recentrage » stratégique sur un nombre plus limité de pays afin d’être plus à même de réinvestir leur capital uniquement sur les marchés qui peuvent apporter une contribution substantielle à une croissance profitable pérenne, dans la lignée des modèles opérationnels « multidomestiques » actuellement prépondérants.

Dans ce contexte global compétitif, les assureurs internationalisés vont donc devoir continuer à innover, pour atteindre un nombre plus grand de clients, et mieux protéger des risques nouveaux ou des biens actuellement non assurés dans un certain nombre de pays émergents – facteurs structurels de nature à entretenir encore longtemps la dynamique de croissance et d’internationalisation du secteur de l’assurance.