The Impact of Food Blogger toward Consumer’s Attitude and Behavior in Choosing Restaurant

Adliah Nur.Hanifati (2015) « The Impact of Food Blogger toward Consumer’s Attitude and Behavior in Choosing Restaurant », International Journal of Humanities and Management Sciences (IJHMS) Vol.3, Issue 3

Mot-clé : Blogging, Consumer behavior, Food blogger, TAM.


Instagram est l’une des plateformes de médias sociaux qui connaît la plus forte croissance au monde en raison de la popularité croissante de cette forme de communication et de partage d’informations. Par conséquent, l’étude des différences raciales deviennent essentielles pour la commercialisation dans le présent et futur puisque tout le monde peut accéder à ce média, quel que soit sa géolocalisation, situation sociale ou genre.

Et le genre et l’origine sont importants pour les entreprises qui cherchent à étendre leur portée à des groupes de clients cibles (hommes ou femmes), tant au niveau national qu’international.  

Développement :

Le hashtag est un outil très tendance actuellement dans le marketing et utilisé pour la promotion, pour la satisfaction du client et pour atteindre les groupes cibles, précisément ici dans l’industrie alimentaire. L’étude ici cherche à comprendre la différence de genre et d’origine dans l’utilisation d’hashtags sur Instagram.

Ces derniers servent à illustrer son ressenti et l’exprimer de manière brève mais compréhensible, et des études ont démontré une relation positive entre l’utilisation d’hashtags et la satisfaction d’en mettre et l’utilisation et le genre.

On distingue les hashtags émotionnels, qui exprime notre ressenti, nos émotions internes mais aussi l’hashtag informatif, qui permet de donner des détails supplémentaires sur le post partagé.

Les auteurs ont défini les tops hashtags les plus utilisés dans l’univers de la gastronomie, à savoir menu, restaurant et taste pour les 3 plus populaires. La liste reste dans l’univers lexical de la restauration.

Les chercheurs ont constaté que les utilisateurs, en fonction du sexe, n’ont pas de différences de hasthags dans la thématique du menu, du goût, du type d’aliment, des ingrédients ou de l’émotion. Cependant, pour les deux sexes, peu de différences dans le restaurant, le lieu et le temps. Les hommes ont utilisé plus de catégories de hashtags que les femmes en termes de type de nourriture, de temps, et d’émotions. Les femmes, quant à elles, ont utilisé plus de hashtags que les hommes en termes de menu, restaurant, goût, ingrédients et lieu. Ces résultats ont montré qu’il y avait une différence significative entre les sexes pour les catégories d’hashtag. Une différence est également constatée sur le comportement. En effet, les femmes utilisent Instagram pour se présenter et elles y incluent rarement des comptes publics, affichent des images privées et révèlent des informations personnelles. En revanche, les hommes ont tendance à poster des photos privées sur Instagram.

Conclusion :

Les résultats sont révélateurs de la catégorisation des hashtags informatifs sur Instagram, qui n’a jamais été étudiée auparavant, comprenant différentes catégories de hashtags informatifs. Pour réussir à cibler les bons canaux de marketing à travers les réseaux sociaux, l’auteur suggère que les entreprises utilisent une variété de hashtags pour accroître la notoriété de leur marque. Enfin, cette étude indique que l’utilisation de hashtags basés sur les intérêts joue sur l’accès au public ciblé.

Ainsi, la plupart des entreprises ont tendance à utiliser de nombreux hashtags. Il est donc nécessaire de comprendre leur utilisation, en particulier l’utilisation des hashtags informatifs pour chaque catégorie, car les hashtags peuvent atteindre les consommateurs et constituer un outil de marketing avantageux et surtout gratuit. En outre, les résultats de cette recherche ont montré que les différences entre les utilisateurs correspondaient à leur comportement sur les réseaux sociaux.  

The Impact of Food Blogger toward Consumer’s Attitude and Behavior in Choosing Restaurant

Adliah Nur.Hanifati (2015) « The Impact of Food Blogger toward Consumer’s Attitude and Behavior in Choosing Restaurant », International Journal of Humanities and Management Sciences (IJHMS) Vol.3, Issue 3

Mot-clé : Blogging, Consumer behavior, Food blogger, TAM.


Les blogueurs culinaires sont devenus les nouveaux influenceurs dans l’industrie de la restauration. Ils sont aujourd’hui une référence pour les followers et cela leur permet de juger si les restaurants sont dignes d’être visités ou non.

Toutefois, l’impact de la recommandation du blogueur sur l’alimentation sur l’attitude et le comportement du consommateur est encore incertain.

Ce document présente une étude sur la façon dont les commentaires des blogueurs sur les restaurants affectent l’attitude et le comportement des consommateurs.

Développement :

Alors que les blogueurs alimentaires deviennent les nouveaux influenceurs de l’industrie alimentaire, de nombreux restaurants se tournent vers de nouvelles formes de promotion en invitant ces blogueurs dans leur restaurant.

En retour, le restaurant attend que ces derniers assurent la promotion de leur établissement et par l’effet de viralité augmentent leurs ventes. Ainsi, le « blogage » alimentaire qui, au départ, n’est qu’un hobby pour ces influenceurs devient un travail à part entière.

Les blogs alimentaires attirent généralement des gourmets ; elle s’inscrit dans une forme plus poussée que le simple partage de recettes.  

Conclusion :

Il a été observé que le principal média utilisé par les lecteurs est Instagram. La lecture de recettes dessus rend l’expérience plus agréable et augmente le pouvoir d’influence du blogueur. Il est rationnel, lorsque le consommateur découvre que la recommandation d’un blogueur spécialisé dans l’alimentation était utile, l’intention de suivre sa recommandation devient effective.

En suivant les conseils du blogueur, cela signifie qu’ils visitent le restaurant sur la base d’une recommandation d’un passionné, ainsi, les consommateurs font confiance et suivront plus facilement l’avis de l’amateur passionné.

Evaluating a South African mobile application for healthcare professionals to improve diagnosis and notification of pesticide poisonings

Siti Kabanda & Hanna-Andrea Rother “Evaluating a South African mobile application for healthcare professionals to improve diagnosis and notification of pesticide poisonings”

BMC Medical Informatics and Decision Making volume 19, Article number: 40 (2019) 

Mots clés : Afrique du sud, application, e-santé, diagnostic, m-santé, Intoxications, pesticides

Les dispositifs m-santé connaissent un fort essort. L’utilisation des applications mobiles de santé par les professionnels de la santé dans le monde a considérablement augmenté. Cet article traite d’une étude qui vise à évaluer l’utilité d’une application mobile afin d’améliorer la capacité des professionnels de la santé à diagnostiquer et à notifier les intoxications aiguës par les pesticides.

Dans un premier temps nous allons analyser les dégâts causés par les intoxications par pesticides en Afrique du sud ensuite comprendre les dispositifs mis en place pour régler le problème.

Les intoxications par pesticides sont un problème répandu en Afrique subsaharienne. Principalement en Afrique du Sud qui est l’un des plus gros utilisateurs de pesticides dans les milieux professionnels avec des cas d’intoxications aux pesticides très courants. En Afrique du Sud les intoxications par pesticides sont obligés d’être notifié en vertu de la loi nationale sur la santé. Malgré cela, les cas d’intoxication continuent d’être sous-déclarés. Ce problème est principalement dû au manque de formations et de connaissances sur ce type d’intoxication.

Pour contrer ce problème une étude a été mise en place avec le but d’évaluer l’utilisation d’une l’application de santé mobile (m-santé) pour aider à réaliser des diagnostics et ainsi fournir des informations supplémentaires aux médecins sur les intoxications par pesticides. L’importance de ce dispositif est qu’il permet d’alerter les services de santé locaux et nationaux sur les pesticides mortels afin de prendre des mesures de prévention adaptées. À la fin de cette étude nombreuse de ceux qui ont utilisé l’application ont trouvé qu’elle fournissait des informations utiles permettant d’identifier les pesticides dangereux et facilitait ainsi les diagnostics. 

Conclusion

Les applications mobiles de santé utilisées dans cette étude ont prouvé leur efficacité et leurs avantages à offrir de meilleurs soins aux patients. Par conséquent, les gouvernements devraient plus soutenir le développement d’applications mobiles médicales en collaboration avec les professionnels de la santé afin de relever les défis de santé que rencontre l’Afrique du sud.

Références:

Betjeman TJ, Soghoian SE, Foran MP. mHealth in sub-Saharan Africa. Int J Telemed Appl. 2013

Cho YM, Lee S, Islam SMS, Kim SY. Theories applied to m-health interventions for behavior change in low- and middle-income countries: a systematic review. Telemed J E Health. 2018

Ventola CL. Mobile devices and apps for healthcare professionals: uses and benefits. PT. 2014

Wallace S, Clark M, White J. It’s on my iPhone’: attitudes to the use of mobile computing devices in medical education, a mixed-methods study. BMJ Open. 2012

Ozdalga E, Ozdalga A, Ahuja N. The smartphone in medicine: a review of current and potential use among physicians and students. J Med Internet Res. 2012

Yoo JH. The meaning of information technology (IT) mobile devices to me, the infectious disease physician. Infect Chemother. 2013

O’Neill KM, Holmer H, Greenberg SL, Meara JG. Applying surgical apps: smartphone and tablet apps prove useful in clinical practice. Bull Am Coll Surg. 2013

Training for health services and systems research in Sub-Saharan Africa – a case study at four East and Southern African Universities

David Guwatudde, Freddie Bwanga, Lilian Dudley, Lumbwe Chola, Germana Henry Leyna, Elia John Mmbaga, Newton Kumwenda, Myroslava Protsiv, Salla Atkins, Merrick Zwarenstein, Celestino Obua & James K Tumwine (2013)”Training for health services and systems research in Sub-Saharan Africa – a case study at four East and Southern African Universities” Human Resources for Health volume 11, Article number: 68 .

Mots clés : Formation, Afrique, Université,Hôpital 

Cet article traite de la nécessité de développer la formation sur les capacités de recherche concernant les services et systèmes de santé dite RSSS dans les pays à revenu faible. Cependant, peu de connaissances sont disponibles sur le niveau de formation en RSSS en Afrique subsaharienne. 

Dans un premier temps nous allons essayer de comprendre le but du projet RSSS, ensuite comprendre pourquoi il serait bénéfique pour l’Afrique.

La recherche sur les systèmes et services de santé (RSSS) se résume à «un domaine d’étude qui examine l’organisation, le financement et la prestation des services de santé publique au sein des communautés ainsi que l’impact de ces services» . La formation RSSS regroupe l’ensemble des aptitudes et compétences permettant de mener des recherches pour renforcer les services et les systèmes de santé.Ce domaine se compose de six éléments principaux : la prestation de services, l’information, les techniques médicales, le management du personnel de santé, le financement, le management de la santé ainsi que la gouvernance. La construction d’un système de santé efficace nécessite donc des professionnels formés qui possèdent les compétences nécessaires à mener à bien leurs missions.

Il est reconnu à l’unanimité que les prestations des soins de santé en Afrique subsaharienne doivent s’améliorer. Le renforcement des systèmes de santé se voit donc comme est un facteur clé . En effet ces progrès dépendent de la présence d’un effectif suffisant de scientifiques possédant l’expertise professionnelle pour entreprendre des recherches pertinentes et fiables. À l’heure actuelle il n’y a pas assez de professionnels de la RSS pour mener cette mission en Afrique subsaharienne. Bien que de nombreuses institutions puissent fournir ce type de formation, la masse requise de professionnels de la RSS en Afrique subsaharienne n’est pas suffisante.

Conclusion

Le nombre d’experts en RSSS est actuellement trop faible pour évaluer et former d’autres professionnels RSSS localement. Les programmes de formation avancée en RSSS sont pratiquement inexistants, ce qui expose un grave déficit de formation dans cette région.

Références :

Adam T, Hsu J, de Savigny D, Lavis JN, Rottingen JA, Bennett S: Evaluating health systems strengthening interventions in low-income and middle-income countries: are we asking the right questions?. Health Policy Plan. 2012, 

Bennett S, Agyepong IA, Sheikh K, Hanson K, Ssengooba F, Gilson L: Building the field of health policy and systems research: an agenda for action. PLoS Med. 2011,

Evans T, Nishtar S, Atun R, Etienne C: Scaling up research and learning for health systems: time to act. Lancet. 2008

Gonzalez-Block MA: Health policy and systems research agendas in developing countries. Health Res Policy Syst. 2004,

Lansang MA, Dennis R: Building capacity in health research in the developing world. Bull World Health Organ. 2004, 

User engagement for mobile payment service providers – introducing the social media engagement model

Purva Grover & Arpan Kumar Kar, User engagement for mobile payment service providers – introducing the social media engagement model

Mots-clés : Marketing via réseaux sociaux, paiements digitaux, analyses Twitter, portefeuilles mobiles, engagement du consommateur

Introduction :

Twitter est utilisé par les entreprises de portefeuille mobile pour l’acquisition de clients, la gestion des relations, le marketing et à des fins promotionnelles. Cette étude examine la publicité de service et les tweets promotionnels par la société de portefeuille mobile sur Twitter.

Développement :

La technologie a transformé les sociétés et créé de nouvelles opportunités pour les entreprises. Les entreprises financières et technologiques se réunissent pour de nouveaux services de paiement numérique. L’un des services les plus populaires offerts par ces entreprises est le paiement mobile ou les portefeuilles. Ce sont des plateformes qui vont faciliter les transactions mobiles entre le vendeur et l’acheteur.

Aujourd’hui le monde est devenu complètement digital, et les consommateurs utilisent énormément leur smartphone dans la vie de tous les jours et notamment les réseaux sociaux. Ainsi, si une entreprise veut cibler ces consommateurs, elle doit obligatoirement se mettre sur les réseaux sociaux, engager ses consommateurs/utilisateurs ou proposer des services de paiement numérique.

Premièrement, les réseaux sociaux sont de nouveaux moyens pour promouvoir des produits/services autour de différents pays. Sur Twitter par exemple, pour qu’une entreprise puisse avoir un impact sur ses performances financières, il faut qu’elle possède au minimum 200,000 abonnés. Les réseaux sociaux peuvent donc avoir un impact sur les performances financières d’une entreprise car ils proposent différentes formes d’offres :

  • Les promotions marketing traditionnelles qui vont être liées à la communication menée par les entreprises vers les utilisateurs
  • Les promotions sociales que l’on retrouve uniquement sur les réseaux sociaux, qui sont être lorsque les utilisateurs vont communiquer et diffuser des informations entre eux.

Ainsi, lorsqu’une entreprise veut se rapprocher de ses consommateurs, elle doit élaborer des stratégies à l’aide des réseaux sociaux. On peut regrouper ces stratégies en 6 moyens différents :

  • La présence en ligne
  • La création de contenu
  • Le suivi et l’écoute
  • L’autonomisation et l’engagement
  • Stimuler le bouche-à-oreille électronique
  • Mesurer les impacts du marketing des médias sociaux

Ensuite, les portefeuilles mobiles vont permettre aux utilisateurs de payer pour des biens et des services en utilisant leurs appareils mobiles. Cela va faciliter les différents types de transactions entre les consommateurs et les entreprises, d’autant plus que ce sont des moyens de plus en plus pratiques et sure d’utilisation.

Enfin, l’engagement du consommateur est important pour l’entreprise car elle va permettre le bouche-à-oreille. Plus une marque sera impliquée sur les réseaux sociaux et plus elle favorisera la satisfaction du consommateur, et plus l’utilisateur sera satisfait et plus il aura tendance à retenir une marque.

Conclusion :

Ce sont plusieurs solutions que les entreprises doivent développer si elles veulent engager et retenir leurs consommateurs. Grâce à ces techniques elles ont aussi la possibilité de réduire leurs coûts et d’augmenter leurs performances financières.

Références :
Akcura, T., Altinkemer, K., Chen, H., 2018. Noninfluentials and information dissemination in the microblogging community. Inf. Technol. Manag. 19 (2), 89–106.

Aladwani, A.M., Dwivedi, Y.K., 2018. Towards a theory of SocioCitizenry: quality anticipation, trust configuration, and approved adaptation of governmental social
media. Int. J. Inf. Manag. 43, 261–272.

Alalwan, A.A., Rana, N.P., Dwivedi, Y.K., Algharabat, R., 2017. Social media in marketing: a review and analysis of the existing literature. Telemat. Inform. 34 (7),
1177–1190.

Alalwan, A.A., 2018. Investigating the impact of social media advertising features on
customer purchase intention. Int. J. Inf. Manag. 42, 65–77.

Alves, H., Fernandes, C., Raposo, M., 2016. Social media marketing: a literature review
and implications. Psychol. Mark. 33 (12), 1029–1038.

Amoroso, D., Ackaradejruangsri, P., 2017. How consumer attitudes improve repurchase
intention. Int. J. E-Serv. Mob. Appl. 9 (3), 38–61.

Ashley, C., Tuten, T., 2015. Creative strategies in social media marketing: an exploratory
study of branded social content and consumer engagement. Psychol. Mark. 32 (1),
15–27.
Aswani, R., Kar, A.K., Ilavarasan, P.V., Dwivedi, Y.K., 2018. Search engine marketing is
not all gold: insights from Twitter and SEOClerks. Int. J. Inf. Manag. 38 (1), 107–116.

Bansal, H.S., Irving, P.G., Taylor, S.F., 2004. A three-component model of customer to
service providers. J. Acad. Mark. Sci. 32 (3), 234–250.

Bellström, P., Magnusson, M., Pettersson, J.S., Thorén, C., 2016. Facebook usage in a local
government: a content analysis of page owner posts and user posts. Transform. Gov.:
People, Process Policy 10 (4), 548–567.

Berry, L.L., 2000. Cultivating service brand equity. J. Acad. Mark. Sci. 28 (1), 128–137.

Berthon, P.R., Pitt, L.F., Plangger, K., Shapiro, D., 2012. Marketing meets Web 2.0, social
media, and creative consumers: implications for international marketing strategy.
Bus. Horiz. 55 (3), 261–271.

Blumler, J.G., Katz, E., 1974. The Uses of Mass Communications: Current Perspectives on
Gratifications Research. Sage Publications, Inc, Beverly Hills, California.

Bodhani, A., 2011. Smartphones pay the price. Eng. Technol. 6 (10), 56–59.

Cawsey, T., Rowley, J., 2016. Social media brand building strategies in B2B companies.
Mark. Intell. Plan. 34 (6), 754–776.

The impact of Covid-19 pandemic on corporate social responsibility and marketing philosophy

Hongwei He & Lloyd Harris, The impact of Covid-19 pandemic on corporate social responsibility and marketing philosophy.

Mots clés : Covid-19, Responsabilité sociale des entreprises, Marketing, Prise de décision éthique du consommateur, Philosophie marketing, Ethique business

Cet article a été réalisé pour examiner les impacts du Covid-19 à l’égard des responsabilité sociales des entreprises et le marketing ainsi que comment la prise de décision éthique du consommateur sera déplacée en raison de la pandémie

Développement

Pendant la pandémie, certaines entreprises ont été challengées par le covid-19 en termes de responsabilité sociétale des entreprises. Cette période a été en quelque sorte un test pour certaines sociétés sur le plan éthique. Plusieurs entreprises se sont engagé dans l’assistances anti-covid-19 durant le confinement.

Des industries ont arrêtés leurs productions pour fabriquer des objets de protections contre le Covid-19, on peut noter aussi que des supermarchés ont revu leurs organisations en termes d’horaire pour permettre aux personnes travaillant en milieu hospitalier.

La pandémie aura fait ressortir de nombreux problèmes liés aux inégalités sociales, Les entreprises devraient se concentrer davantage sur leurs efforts pour s’attaquer aux problèmes sociaux pendant cette pandémie ainsi qu’à long terme. Les Nations Unies (ONU) ont fait un appel à des efforts pour construire une post-Covid-19 plus inclusive et durable économies qui sont plus résilientes face aux défis mondiaux


La prise de décision des consommateurs a été motivée uniquement par l’intérêt personnel et les émotions, telles que la peur, la colère et l’anxiété. Cela a forcé les supermarchés à prendre des mesures telles que le rationnement et la désignation d’heures d’ouverture pour les travailleurs clés et les seniors.

La pandémie enseigne aux consommateurs une leçon que nous sommes interconnectés en termes d’impact de nos choix de produits / marques, nous devons donc être conscients de ces choix.

Le bouleversement de grande ampleur et profondément ressenti de la pandémie de Covid-19 affectera la discipline du marketing de multiples façons : les sociétés sont déracinées, changées et façonnées par les événements. Le marketing est ancré dans la philosophie et l’idéologie du concept marketing dans lequel il est important d’identifier et de répondre aux besoins et aux désirs des cibles.

À la suite du Covid-19, il semble probable que les consommateurs, les sociétés et les organisations réévalueront et vont remettre en question ces philosophies et priorités.

Les spécialistes du marketing ont également défendu les avantages de la reconnaissance et de conduire des évaluations client significatives de la valeur, de la satisfaction et de la fidélité.

Conclusion :


Alors que des changements dans les concepts de marketing de base se sont produits et continuent de se produire, de tels changements refléteront les turbulences causées par Covid-19 dans l’environnement marketing.

Dans l’environnement macro du marketing, des changements fondamentaux se sont produits dont les répercussions résonneront pendant des décennies.

Sur le plan économique, l’économie mondiale a été profondément affectée.

Références

Abbruzzese, J., D. Ingram and S. Click (2020), ‘The coronavirus pandemic drove life online. It may never return: What passes for normal life now happens almost entirely online’, NBC News, 28th March, 2020, available at: https://www.nbcnews.com/tech/ internet/coronavirus-pandemic-drove-life-online-it-may-never-return-n1169956, Accessed 19th April 2020. Anwar

Y. and El-Bassiouny N. (2020) Marketing and the Sustainable Development Goals (SDGs): A Review and Research Agenda.

In: Idowu S., Schmidpeter R., Zu L. (eds) The Future of the UN Sustainable Development Goals. CSR, Sustainability, Ethics & Governance.

Springer, Cham. Armstrong, Mark (2020). ‘Coronavirus crisis sparks race for inventive solutions’, Euronews, 2st March 2020, Accessible at: www.euronews.com/2020/03/21/coronavirus-crisis-sparks-race-for-inventive-solutions, Accessed 19th April 2020.

BBC (2020). ‘Coronavirus: Vodafone offers 30 days free mobile data’, The BBC. accessed at: Https://www.bbc.co.uk/news/technology-52066048, accessed 18 April, 2020.

BBC (2020b), ‘Alibaba’s Ma donates coronavirus test kits to US’, The BBC, accessible at: https://www.bbc.co.uk/news/business-51904379, accessed 18 April, 2020. BBC (2020c), ‘Coronavirus: Twitter boss pledges $1bn for relief effort’, The BBC, accessible at: https://www.bbc.co.uk/news/technology-52209690, accessed 18 April, 2020.

Booth R. (2020), ‘BAME groups hit harder by Covid-19 than white people, UK study suggests’, The Guardian, accessible at: https://www.theguardian.com/world/2020/ apr/07/bame-groups-hit-harder-covid-19-than-white-people-uk, accessed 18 April, 2020.

Butcher B. & Massey J. (2020), ‘Are ethnic minorities being hit hardest by coronavirus?’, The BBC, accessible at: https://www.bbc.co.uk/news/uk-52219070, accessed 18 April, 2020.

Butler, C. (2020). ‘How to survive the pandemic’, Chatman House: The World Today, 17th April, accessible at: https://www.chathamhouse.org/publications/twt/how-survivepandemic, Accessed 19th April 2020.

Butler, S. (2020), ‘New UK taskforce to crack down on coronavirus profiteers’, The Guardian, accessible at: https://www.theguardian.com/business/2020/mar/20/ new-uk-taskforce-to-crack-down-on-coronavirus-profiteers, accessed 18 April, 2020.

Can smartphones and tablets improve the management of childhood illness in Tanzania? A qualitative study from a primary health care worker’s perspective

Amani Flexson Shao, Clotilde Rambaud-Althaus, Ndeniria Swai, Judith Kahama-Maro, Blaise Genton, Valerie D’Acremont & Constanze Pfeiffer (2015) “Can smartphones and tablets improve the management of childhood illness in Tanzania? A qualitative study from a primary health care worker’s perspective.”BMC Health Services Research volume 15, Article number: 135 

Mots clés : Afrique, Tanzanie, maladies infantile, e-santé,suivi médical

Cet article traite le sujet du suivie médical chez les maladies infantiles ainsi que le potentiel que possèdent les nouvelles technologies  à améliorer la qualité des soins de santé chez les enfants. Cette étude met également en avant les différents facteurs qui influencent la mise en place de projets e-santé pour la prise en charge des maladies infantiles.

Dans un premier temps nous allons étudier les précédentes stratégies de suivi des maladies infantile mise en place , ensuite nous allons comprendre pourquoi ces stratégies n’ont pas marché et pour finir nous allons analyser comment les technologies e-santé ont aidé à améliorer ces dispositifs.

Dans les années 1990, l’OMS, UNICEF ainsi que d’autres partenaires ont élaboré une stratégie appelée “ Gestion intégrée des maladies de l’enfant “‘ (PCIME) qui avait pour but d’améliorer le traitement et le suivi des causes de mortalité infantile. Ce projet visait à améliorer les compétences des agents de santé ainsi que l’information et l’éducation de la population sur ces maladies. Il a été démontré que lorsque ces directives sont utilisées correctement, elles peuvent améliorer la qualité des soins et réduire le coût du traitement médical ainsi que le taux mortalité infantile en Tanzanie.

Cependant, l’impact attendu de la stratégie PCIME dans le monde a été moins prometteur que prévu, en raison de l’adoption limitée de la stratégie par les structures de santé ainsi que le manque d’informations auprès de la population. Cet échec était dû à de nombreux défis auxquels la mise en œuvre de la PCIME a été confronté. Par exemple, l’une des raisons principales est dû au fait les agents de santé qui étaient censés mettre en œuvre la PCIME n’ont pas reçu de formation suffisante pour la mise en place de cette stratégie.

Pour relever et surmonter ces défis, les nouvelles technologies sont de plus en plus utilisés. En effet car elles peuvent non seulement faciliter la formation sur la PCIME  mais aussi pour améliorer le suivi des directives .Une étude pilote a été mise en place  dans un dispensaire en Tanzanie où les agents de santé ont utilisé une assistance numérique personnelle avec une version électronique de la PCIME (e-PCIME) et ont constaté que l’e-PCIME a permis d’améliorer la conformité aux directives chez le personnel et a amélioré la prise de décision grâce à une aide obtenue via un algorithme sur smartphone ou tablette. 

Conclusion 

Les résultats montrent que l’e-PCIME a le potentiel d’améliorer la gestion des maladies infantiles. La majorité des agents de santé n’ont eu aucun problème technique lors de l’utilisation de ce dispositif électronique. Cependant, les barrières du système de santé influencent la mise en place de ce dispositif sur le long terme. Des études supplémentaires sont donc nécessaires afin mieux comprendre si l’adoption est faisable à plus grande échelle compte tenu des barrières du système de santé. 

Références:

Gove S. Integrated management of childhood illness by outpatient health workers: technical basis and overview. The WHO Working Group on Guidelines for Integrated Management of the Sick Child. Bull World Health Organ. 1997

Lambrechts T, Bryce J, Orinda V. Integrated management of childhood illness: a summary of first experiences. Bull World Health Organ. 1999

Bryce J, Gouws E, Adam T, Black RE, Schellenberg JA, Manzi F, et al. Improving quality and efficiency of facility-based child health care through Integrated Management of Childhood Illness in Tanzania. Health Policy Plan. 2005

Armstrong Schellenberg J, Bryce J, de Savigny D, Lambrechts T, Mbuya C, Mgalula L, et al. The effect of Integrated Management of Childhood Illness on observed quality of care of under-fives in rural Tanzania. Health Policy Plan. 2004.

Armstrong Schellenberg JR, Adam T, Mshinda H, Masanja H, Kabadi G, Mukasa O, et al. Effectiveness and cost of facility-based Integrated Management of Childhood Illness (IMCI) in Tanzania. Lancet. 2004

Victora CG, Huicho L, Amaral JJ, Armstrong-Schellenberg J, Manzi F, Mason E, et al. Are health interventions implemented where they are most needed? District uptake of the integrated management of childhood illness strategy in Brazil, Peru and the United Republic of Tanzania. Bull World Health Organ. 2006

The impact of affective and cognitive app experiences on loyalty towards retailers

Sebastian Molinillo, Antonio Navarro-García, Rafael Anaya-Sánchez, Arnold Japutra, The impact of affective and cognitive app experiences on loyalty towards retailers

Mots clés : Application mobile, expérience du consommateur, loyauté du consommateur, vente au détail

Cette étude a été réalisée afin d’analyser l’impact de l’utilisation d’applications mobiles sur la loyauté des consommateurs à une enseigne, à la lumière du fort développement de ces technologies. De façon plus précise, les auteurs ont étudié l’impact cognitif et affectif de l’utilisation de ces applications en utilisant un modèle théorique.

Développement :

Aujourd’hui, il n’y a que très peu d’études sur le comportement des consommateurs qui ont été réalisées. La plupart de ces études se sont notamment focalisées sur les services de paiement, et autres aspects fonctionnels plutôt que sur l’expérience du consommateur.

Il faut noter que la majorité des utilisateurs de smartphones n’utilisent les applications mobiles de grandes enseignes qu’une seule fois pour réaliser des achats et les suppriment généralement immédiatement après. Il s’agit d’un comportement assez inquiétant pour les enseignes car cela ne permet pas de fortifier le lien avec les consommateurs. C’est la raison pour laquelle il semble primordial d’étudier l’expérience du consommateur dans l’utilisation de ces applications afin d’optimiser celle-ci et adapter les applications aux besoins du consommateur afin de fortifier sa loyauté à une enseigne. La relation d’une entreprise avec ses consommateurs est indéniablement influencée par une expérience interactive entre les deux partis. Des études précédentes ont notamment montré que la probabilité d’achat d’un consommateur via une application mobile est influencée par de nombreuses variables (expérience en ligne et sur le smartphone du consommateur, satisfaction, qualité, customisation de l’application …). Ainsi, il y a une nécessité des enseignes de comprendre l’expérience du consommateur afin de comprendre comment celle-ci influence le comportement de celui-ci (expérience cognitive, affective, satisfaction et confiance du consommateur).

Les auteurs proposent plusieurs hypothèses concernant la relation entre les dimensions affective et cognitive, la satisfaction, la confiance et la loyauté du client aux enseignes via les applications mobiles, à l’aide d’analyse de sondages en ligne.

Ils ont pu montrer que l’impact de l’expérience affective était très important pour la loyauté du consommateur et sa confiance en les applications mobiles, de même que pour sa satisfaction.

Par conséquent, cette étude souligne que les applications sont un média qui peut jouer un rôle important dans la fidélisation du détaillant. Les résultats montrent que la dimension affective a un effet positif sur la dimension cognitive. Par conséquent, le stimulus de l’application évoque des émotions chez les clients qui influencent leurs perceptions, leurs évaluations et leur prise de décision cognitive. De plus, si l’expérience cognitive a un impact positif, son rôle, à la fois direct et indirect, est moins important que celui de l’expérience affective. La satisfaction à l’égard de l’application est un antécédent clé, direct et indirect (par la confiance), de la fidélité envers le détaillant. Enfin, la satisfaction de l’application affecte directement la confiance. Il est donc important du côté des managers de porter attention aux besoins des consommateurs.

Conclusion :

Cette étude se heurte à quelques limites car elle n’est basée que sur un échantillon de consommateurs espagnols. De plus, les recherches futures pourraient peut-être comparer les résultats des nouveaux clients et des clients réguliers afin d’augmenter la représentativité des résultats. De plus, le modèle pourrait intégrer d’autres dimensions identifiées dans la littérature précédente pour enrichir l’explication de la satisfaction et de la confiance des consommateurs.

Références :

Abdullah, D., Jayaraman, K., Shariff, D. N., Bahari, K. A., & Nor, N. M. (2016). The effects of perceived interactivity, perceived ease of use and perceived usefulness on online hotel booking intention: A conceptual framework. International Academic Research Journal of Social Science, 2(1), 16–23.

C.-C. Lu et al. International Journal of Information Management 47 (2019) 101–111

Ajzen, I. (1991). The theory of planned behavior. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 50(2), 179–211.

Aladwani, A. M., & Dwivedi, Y. K. (2018). Towards a theory of SocioCitizenry: Quality anticipation, trust configuration, and approved adaptation of governmental social media. International Journal of Information Management, 43, 261–272.

Alalwan, A. A. (2018). Investigating the impact of social media advertising features on customer purchase intention. International Journal of Information Management, 42, 65–77.

Altuna, O. K., & Konuk, F. A. (2009). Understanding consumer attitudes toward mobile advertising and its impact on consumers’ behavioral intentions: A cross-market comparison of United States and Turkish consumers. International Journal of Mobile Marketing, 4(2), 43–51.

The effect of mobile retailing on consumers’ purchasing experiences: A dynamic perspective

Eleonora Pantano & Constantinos-Vasilios Priporas, The effect of mobile retailing on consumers’ purchasing experiences: A dynamic perspective

Mots clés : marketing mobile, vente au détail mobile, management de la technologie, expérience du consommateur, comportement du consommateur

Introduction :

L’objectif de cet article est de comprendre en quoi les technologies mobiles vont avoir un impact sur les comportements des consommateurs, et vont faire adopter aux consommateurs une nouvelle expérience en termes de shopping à l’aide du smartphone. C’est aussi dans le but d’analyser la motivation des consommateurs à changer leurs habitudes de consommation avec l’avancée du marketing mobile et de voir s’ils développent cette conscience de nouvelle expérience de consommation.

Développement :

De plus en plus, les entreprises prennent conscience de l’importance de développer de nouvelles stratégies marketing à l’aide du mobile. Le marketing mobile est basé sur la distribution de l’information de façon interactive et personnalisée. Ainsi les consommateurs pourraient recevoir à n’importe quel moment ou endroit des informations grâce à leur smartphone.

Les stratégies marketing évoluent aussi notamment par rapport au fait que les paiements se sont améliorés et simplifiés et il est désormais possible de payer à l’aide de son smartphone.

Aujourd’hui, le consommateur est tout le temps prêt à acheter et le vendeur est toujours prêt à vendre. Il n’est plus uniquement question de se rendre dans un magasin physique avec des horaires strictes, le consommateur peut désormais acheter en ligne à tout moment. Pour analyser la motivation du consommateur à changer ses habitudes de consommation, les auteurs posent les questions suivantes :

  1. Dans quelles mesures le nouveau scénario mobile est-il capable de changer le comportement d’achat des consommateurs ?
  2. Quels sont les principaux moteurs du comportement d’achat des nouveaux consommateurs ?
  3. Comment le nouveau scénario mobile pourrait créer de la valeur pour les consommateurs ?

La vente au détail mobile peut-être définie comme une nouvelle expérience d’achat, où le consommateur achète grâce à son téléphone mobile et reçoit à domicile ou récupère en magasin sa commande.

Le marketing mobile peut-être représenté comme l’évolution du marketing par internet au marketing par téléphone dans le but de répondre aux nouveaux besoins des consommateurs qui perdent leur intérêt dans le marketing traditionnel. Cela a d’abord commencé par la publicité personnalisée reçue par message, aux applications développées par les marques et ensuite aux QR codes. Le fait que le marketing mobile se développe aussi rapidement c’est parce que les consommateurs font confiance à leur smartphone, et sont prêts à prendre des risques qu’ils considèrent minimes.

A travers les recherches et analyses des auteurs, on peut constater deux caractéristiques en ce qui concerne les nouvelles façons d’achat : les motivations et les perceptions du consommateur de la nouvelle expérience d’achat.

Ainsi, les motivations liées à l’achat par mobile sont surtout la rapidité, la simplicité et surtout le fait que ce soit plus pratique que le processus d’achat traditionnel. Le prix aussi se manifeste car les marques proposent des promotions, des livraisons gratuites à domicile ou en magasins qui vont à nouveau faciliter le processus d’achat des consommateurs. Un dernier facteur lié à la motivation est la vie des consommateurs, qui travaillent généralement pendant la journée et ne peuvent donc pas se permettre d’aller en magasin, ou d’être à domicile lorsque le livreur livre le colis. Cela représente un secteur différent car certains apprécient le fait de commander en ligne mais ne peuvent pas livrer leur colis à domicile.   

Enfin, en ce qui concerne la perception du consommateur de la nouvelle expérience de consommation, les consommateurs sont généralement satisfaits car cela leur permet d’économiser du temps et de l’argent. En effet, ils reçoivent désormais des offres ciblées qui les concernent et qui leurs permettent de se décider et d’agir plus rapidement.

Conclusion :

L’objectif de cet article était donc de véritablement analyser la valeur de l’expérience du consommateur dans le marketing mobile. Les auteurs ont donc pu constater à quel point les consommateurs étaient prêt à adopter le shopping via mobile et de changer leurs habitudes d’achat.

Aux vues de l’avancée du marketing mobile et des perceptions des consommateurs, les achats en ligne pourraient bientôt complètement remplacer les achats en magasin. Les vendeurs doivent donc obligatoirement développer leurs stratégies marketing et intégrer le marketing mobile.

Références :

Amirkhanpour, M., Vrontis, D., & Thrassou, A. (2014). Mobile marketing: a contemporary strategic perspective. International Journal of Technology Marketing, 9(3), 252e269.

Andrews, L., Drennan, J., & Russell-Bennett, R. (2012). Linking perceived value of mobile marketing with the experiential consumption of mobile phones. European Journal of Marketing, 46, 357e386.

Blazquez, M. (2014). Fashion shopping in multichannel retail: the role of technology in enhancing the customer experience. International Journal of Electronic Commerce, 18(4), 97e116.

Bourlakis, M., Papagiannidis, S., & Li, F. (2009). Retail spatial evolution: paving the way from traditional to metaverse retailing. Electronic Commerce Research, 9(1e2), 135e148.

Bryman, A., & Bell, E. (2011). Business research methods (3rd ed.). Oxford: Oxford University Press.

Calvo-Porral, C., & Levy-Mangin, J.-P. (2015). Switching behavior and customer satisfaction in mobile services: analyzing virtual and traditional operators. Computers in Human Behavior, 49, 532e540.

Chou, Y.-C., Chuang, H. H.-C., & Shao, B. B. M. (2016). The impact of e-retail characteristics on initiating mobile retail services: a modular innovation perspective. Information & Management. http://dx.doi.org/10.1016/j.im.2015.11.003.

Creswell, J. W. (2009). Research design. Qualitative, quantitative, and mixed methods approaches (3rd ed.). Thousand Oaks, CA: Sage Publications. Davis, F. D. (1989). Perceived usefulness, perceived ease of use, and user acceptance of information technology. MIS Quarterly, 13(3), 319e340.

Demirkan, H., & Spohrer, J. (2014). Developing a framework to improve virtual shopping in digital malls with intelligent self-service systems. Journal of Retailing and Consumer Services, 21(5), 860e868.

Dennis, C., Alamanos, E., Papagiannidis, S., & Bourlakis, M. (2016). Does social exclusion influence multiple channel use? the interconnections with community, happiness, and well-being. Journal of Business Research, 69(3), 1061e1070.

Eastman, J. K., & Liu, J. (2012). The impact of generational cohorts on status consumption: an exploratory look at generational cohort and demographics on status consumption. Journal of Consumer Marketing, 29(2), 93e102.

Gao, T., Rohm, A., Sultan, F., & Pagani, M. (2013). Consumers un-tethered: a threemarket empirical study of consumers’ mobile marketing acceptance. Journal of Business Research, 66, 2536e2544.

Smartphones as decision support in retail stores – the role of product category and gender

Niklas Eriksson, Carl-Johan Rosenbröijer, Asle Fagerstrøm, Smartphones as decision support in retail stores – the role of product category and gender

Mots clés : Smartphone, vente au détail, aide à la décision, catégorie de produits, genre

Introduction :

Cette étude a été réalisée afin d’étudier l’impact de l’utilisation de smartphones dans les enseignes de grande distribution ainsi que pour étudier les choix des consommateurs en fonction de leur genre/sexe et les catégories de produits. Il s’agit d’une étude importante dans la mesure où les résultats permettront aux enseignes d’améliorer les services de vente proposés en utilisant ces technologies dans leurs magasins et en les adaptant aux besoins des consommateurs.

Développement :

Aujourd’hui, l’utilisation des nouvelles technologies est devenue un outil primordial dans les magasins de grande distribution. Ils leur permettent de mettre en place des systèmes d’aide à la décision de leurs consommateurs à l’aide d’assistants mobiles, de kiosques d’information, tels de vrais « smart-stores ». Ce mode de vente s’apparente aussi à l’utilisation d’applications mobiles qui permettent une expérience similaire au consommateur. Cela leur permet d’avoir des offres personnalisées ainsi que des prises de décision plus réfléchies. De même, une utilisation des applications mobiles au sein même des enseignes permet d’améliorer l’expérience du client et améliorer les ventes, le smartphone étant devenu tel un vrai compagnon d’achat et de vente, dans la mesure où les nouvelles générations semblent notamment favoriser son utilisation à la sollicitation classique de vendeurs au sein des enseignes de grande distribution.  Cependant, il faut noter que l’utilisation du smartphone dans ce type de situation semble tout de même varier en fonction de la catégorie de produit et du genre du consommateur.

Cette étude est donc une analyse de l’utilisation des smartphones dans les magasins de grande distribution (vêtements, nourriture et électronique) chez les consommateurs jeunes adultes en fonction de la catégorie de produits et de leur genre (via un questionnaire). Elle permettra donc aux enseignes d’adapter leurs services et augmenter leurs ventes à l’aide des nouvelles technologies.

Les auteurs se basent donc sur trois grands axes d’étude, qui sont la catégorie de produit, le genre du consommateur, et l’aide à la décision via le smartphone dans les magasins de grande distribution. Ils ont pu montrer que le smartphone était plus utilisé dans l’achat de produits électroniques et de vêtements, que l’utilisation de ce dernier variait en fonction du genre du consommateur et que celui-ci était très utile dans l’aide à la décision (recherche d’informations sur le produit, comparaison de prix et demande de conseils à autrui). De plus, au sein même de ces catégories, des différences sont remarquées, par exemple les hommes semblent plus enclins à une utilisation de leur smartphone dans l’achat de produits électroniques que les femmes.

Conclusion :

Cette étude a donc pu montrer qu’il existe des différences significatives dans l’utilisation du smartphone dans l’aide à la décision chez les consommateurs jeunes adultes en fonction de leur genre et de la catégorie de produit. Elle permettra ainsi aux vendeurs d’adapter leurs services aux jeunes consommateurs. Cependant, cette étude possède tout de même quelques limites, notamment car l’échantillon utilisé est relativement petit, et une étude à plus grande échelle serait sans doute plus significative. De plus, il serait intéressant de l’étendre à d’autres catégories de produits dans des études futures.

Références :

Andone, I., Błaszkiewicz, K., Eibes, M., Trendafilov, B., Montag, C. and Markowetz, A. (2016) “How Age and Gender Affect Smartphone Usage” Proceedings of the 2016 ACM International Joint Conference on Pervasive and Ubiquitous Computing: 9-12.

[2] Blázquez M. (2014) Fashion Shopping in Multichannel Retail: The Role of Technology in Enhancing the Customer Experience. International Journal of Electronic Commerce, 18 (4): 97-116.

[3] Brynjolfsson E, Yu JH and Mohammad S. R. (2013) “Competing in the Age of Omnichannel Retailing” MIT Sloan Management Review 54: 23-29.

[4] Beharrell, B. and Denison, T. J. (1995) “Involvement in a routine food shopping context” British Food Journal 97 (4): 24-29.
Niklas Eriksson et al. / Procedia Computer Science 138 (2018) 508–515 515 8 Author name / Procedia Computer Science 00 (2018) 000–000

[5] Deloitte (2016) “May the phone be with you! Global Mobile Consumer Survey, The Finnish Perspective 2016” retrieved April 20 2017 from https://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/fi/Documents/technology-media telecommunications/Global_Mobile_Consumer_Survey_2016_Finland.pdf