Sensory marketing strategies and consumer behavior: sensible selling using all five senses

Auteurs: Hussain, Sharafat Hussain, S. (2019). Sensory marketing strategies and consumer behavior: sensible selling using all five senses. IUP Journal of Business Strategy, 16(3), 34-44. Mots clés: Consumer behavior, Marketing strategy, Selling A travers cette étude, l’auteur veut montrer que les 5 sens doivent être analyser afin d’aider à comprendre les processus de consommation dans lesquels le comportement et la prise de décision individuels sont des facteurs importants. Le marketing sensoriel est une stratégie marketing innovante visant à stimuler la relation d’un client avec une marque, ce qui favorise une connexion émotionnelle qui optimise la fidélité à la marque. Cet article traite de ce qui constitue le marketing sensoriel, c’est-à-dire le marketing visuel, le marketing auditif, le marketing olfactif, le marketing tactile et le marketing gustatif, et de son impact possible sur le comportement des consommateurs, à travers diverses revues de littérature. Conclusion L’étude conclut que le défi pour les spécialistes du marketing est de rechercher, comprendre et stimuler les cinq sens des consommateurs qui peuvent conduire à un changement de comportement du consommateur, en influençant directement les ventes, les bénéfices et la part de marché. Le marketing sensoriel est différent des autres types de marketing car il influence directement les sens du consommateur. Le marketing visuel comprend les logos, les noms, les emballages, la conception des produits, etc. Il crée une perception de la qualité et conduit à l’achat, ce qui a un impact direct sur la construction d’une marque forte. Dans le marketing olfactif, les senteurs peuvent être appliquées sous différentes formes à un produit pour différencier, positionner et renforcer une marque et son image. Les senteurs sont donc un élément important car elles influencent directement la mémoire du client et son potentiel à vivre une bonne expérience. Le marketing tactile a une influence sur les achats des clients lorsqu’ils interagissent avec un produit, dont l’efficacité a été prouvée en ce qui concerne le nombre de produits achetés.  Les personnes ayant un besoin élevé de toucher (NFT) sont plus susceptibles d’être positivement touchées par un marketing qui intègre le toucher. Le marketing gustatif joue un rôle important, car manger et boire sont associés au bonheur ; c’est la raison pour laquelle l’aspect gustatif ne doit pas être négligé. En conclusion, le marketing sensoriel se concentre sur la façon dont l’entreprise traite les clients et sur les impressions qu’elle laisse aux consommateurs. Le défi pour les spécialistes du marketing consiste à rechercher, comprendre et stimuler les cinq sens des consommateurs, ce qui peut entraîner un changement de comportement de ces derniers et influencer directement les ventes, les bénéfices et les parts de marché. Références bibliographiques:
  1. Aaker J L (1997), Dimensions of Brand Personality, p. 10.
  • Atwal G and Williams A (2009), “Luxury Brand Marketing – The Experience isEverything!”, Journal of Brand Management, Vol. 16, No. 5, pp. 338-346
  • Babin B J, Hardesty D M and Suter T A (2003), “Color and Shopping Intentions: TheIntervening Effect of Price Fairness and Perceived Affect”, Journal of Business Research,Vol. 56, No. 7, pp. 541-551.
  • Belk R W (2013), “Extended Self in a Digital World: Table 1”, Journal of ConsumerResearch, Vol. 40, No. 3, pp. 477-500.
  • Brakus J J, Schmitt B H and Zarantonello L (2009), “Brand Experience: What Is It? HowIs It Measured? Does It Affect Loyalty?”, Journal of Marketing, Vol. 73, No. 3, pp. 52-68.
  • Bruner G C (2009), “Music, Mood and Marketing”, Journal of Marketing, Vol. 54, No. 4,pp. 94-104.
  • Dahl Darren W (2010), Understanding the Role of Spokesperson Voice in Broadcast Advertising,pp. 169-182, Published in Sensory Marketing: Research on the Sensuality of Products,ISBN 978-1-84169-753-6, Routledge, New York [u.a.]

Proposition d’un modèle d’analyse des déterminants de l’adoption et de l’usage des systèmes de paiement électronique « B2C »

Fiche de lecture

 Amir Hasnaoui, Frank-Mahé Lentz (2011) Proposition d’un modèle d’analyse des déterminants de l’adoption et de l’usage des systèmes de paiement électronique « B2C », Management & Avenir, 223-237

 Mots-clés : Paiement dématérialisé, adoption, e-commerce/m-commerce, confiance, sécurité

Idée dominante : Comment expliqué l’acceptation inégale des internautes vis-à-vis  systèmes de paiement électronique ?

Les principales recherches effectuées sur ce sujet ce sont basé sur le paradigme de l’acceptation des technologies le plus souvent utilisé en système informatique. L’auteur à travers son ouvrage a souhaité apporter un nouveau point de vue qui puisse permettre d’appréhender les facteurs d’adoption des systèmes de paiement électroniques.

Situation

 Les systèmes de paiement électroniques ont connu une forte croissance grâce notamment à l’essor de la vente à distance et de l’explosion du e-commerce. Le succès des systèmes de paiement électronique se traduit par un mariage complexe entre  une masse critique d’utilisateurs de ces solutions et un nombre important de site marchand les proposant (la fameuse spécificité du marché « biface »). On retrouve là en grande partie les caractéristiques qui ont freiné le développement du NFC en France avec le retard des commerçants à s’équiper de cette technologie. Aujourd’hui pourtant son succès est au plus haut et on lui prédit une forte croissance. L’auteur part du constat que la transposition des systèmes traditionnels de paiement dans un environnement dématérialisé présente des limites à son expansion. Les acteurs du paiement électroniques doivent intégrer les considérations spécifiques des internautes à l’égard de ces usages spécifiques. Le modèle TAM, et les nouveaux facteurs abordés dans cette étude permettent d’apporter un nouvel angle de vue sur les conditions liées à l’adoption du paiement électronique.

Solution 

Le succès d’un système de paiement repose sur sa capacité à répondre à un certain nombre de facteurs et à susciter l’adhésion auprès des consommateurs. On identifie deux méthodes de recherche distincte qui permettent de mieux comprendre les enjeux autour des systèmes de paiement : un modèle d’adoption des technologies (TAM) ou un modèle des caractéristiques de l’innovation complété par le modèle Perceived characteristic of innovating (PCI).

La complémentarité de ces deux modèles a permis d’obtenir des résultats riches. En ce qui concerne la problématique de l’adoption des systèmes de paiement. En effet, l’auteur apporte une double vision et s’intéresse à la fois aux accepteurs et aux porteurs. De plus, il souligne les faiblesses développer dans les différents modèles théoriques tel que : la perception de l’utilitilité et la facilité d’utilisation, la spécificité du marché « biface », les facteurs contextuels et situationnels.

S’en suit une démonstration de l’importance capitale qu’occupe le sentiment de confiance de l’utilisateur sur la réalisation finale de la transaction. Cette confiance influée ou non par le système de paiement électronique permet de décomplexifier les prises de décisions du cyberacheteur. Elle permet également au à l’internaute de se désengager dans une certaine mesure de la prise de décision finale en supposant une confiance mutuelle et un respect des engagements de la part du système de paiement électronique. Plus loin dans son article l’auteur présente une des explications de la confiance accordé à un tiers en exposant les acceptations unidimensionnelles ou multidimensionnelles.

L’importance de cette « confiance » de l’internaute vis-à-vis des systèmes de paiement électronique est précisée en nous expliquant l’importance qu’elle détient dans une situation perçue comme à risque et regroupant deux composantes : la probabilité du résultat négatif et les conséquences du résultat.  Elle est en effet déterminante dans la conversion du cyberacheteur en client.

Les systèmes de paiement électroniques doivent donc associer les attitudes, les comportements, la perception de l’utilité et de la facilité ainsi que la confiance dans la conceptualisation de leur solution.

Conclusion :

Le succès d’un système de paiement électronique est intimement lié à son appréciation sociotechnique et fonctionnelle mais également par son adoption et son usage par l’ensemble des acteurs. L’article expose  la complémentarité de la confiance des utilisateurs et de l’effet de réseau sur la banalisation du paiement en ligne. On peut conclure que la confiance est donc un des facteurs clé de succès des systèmes de paiement électroniques. Cependant, le sujet des spécificités et interaction entre l’interface de paiement et les utilisateurs n’est pas abordé.

Comment faire ressentir cette confiance à travers l’interface, quel design adopté, quelles informations communiquer, quelles information demander,  quel parcours de paiement proposer, quelle fluidité proposer ? Ces questions peuvent permettre d’expliquer dans une certaine mesure  les raison de taux d’abandon lors de la phase de paiement ?

Références bibliographiques

  • Abrazhevich D. (2001), “A survey of user attitudes towards electronic payment systems”, The 15th Annual Conference of the Human Computer Interaction Group of the British Computer Society, IHM-HCI-2001, VOL. 2, Toulouse, France: Cepadues- Editions, pp. 69-71.
  • Au Y. A. et Zafar H. (2008), “A Multi-Country Assessment of Mobile Payment Adoption”, Working Paper Series, The University of Texas at San Antonio, College of Business, disponible sur http://business.utsa.edu/wps/IS/0055IS-296-2008.pdf, dernier accès 01/06/2011
  • Baddeley M. (2004), “Using e-cash in the New Economy: An economic analysis of micropayments systems”, Journal of Electronic Commerce Research, 5(4), pp. 239-253.
  • Banque de France (2010), Cartographie des moyens de paiement scripturaux : Bilan de la collecte 2010 (données 2009), disponible sur http://www.banque-france.fr/fr/systemesde-paiement-et-de-titres/telechar/statistiques/cartographie-des-moyens-de-paiementdonnees-2009.pdf, dernier accès : 01/06/2011.
  • Centre de commande anti-fraude (2008), Rapport Mensuel sur la Fraude en Ligne, disponible sur http://www.rp-net.com/online/filelink/104/0704_RSA_PIR_FR.pdf, dernier accès : 01/06/2011.
  • Dahlberg T., Mallat N. et Öörni A. (2003), “Trust enhanced technology acceptance model – consumer acceptance of mobile payment solutions”, Mobility Roundtable Conference, May 22-23, Stockholm, Sweden.
  • Dahlberg T., Mallat N., Ondrus J. et Zmijewska A. (2008), “Past, present and future of mobile payments research: A literature review”, Electronic Commerce Research and Applications, Elsevier BV, Netherlands.
  • Davis F. D., Bagozzi R. P. et Warshaw P. R. (1989), “User Acceptance of Computer-Technology – a Comparison of Two Theoretical-Models”, Management Science, 35(8), 982-1003.
  • Dewan S. G. et Chen L. (2005), “Mobile Payment Adoption in the USA: A Cross-industry, Cross-platform Solution”, Journal of Information Privacy & Security, 1(2), 4-28.
  • ePSO (2008), Retail payment innovations 2006, mis à jour novembre 2008, disponible sur http://epso.intrasoft.lu/archives/081120-epsoreport-abstract2006.htm, dernier accès 01/06/2011.
  • Federal Reserve (2005), “Federal Reserve Studies Confirm Electronic Payments Exceed Check Payments for the First Time”, Financial Services Policy Committee, disponible sur http://www.federalreserve.gov/boarddocs/press/other/2004/20041206/default.htm, dernier accès 01/06/2011.
  • FEVAD (2011), Vente à distance et e-commerce aux particuliers, disponible http://www.fevad.com/uploads/files/Etudes/fevad2011_chiffres.pdf, dernier accès : 01/06/2011.
  • Fishbein M., et Ajzen I. (1975), “Belief, Attitude, Intention, and Behavior: An Introduction to Theory and Research”, Reading, MA: Addison-Wesley
  • Gefen D. (2002), “Reflections on the dimensions of trust and trustworthiness among online consumers”, The data base for Advances in Information Systems, 33(3), pp. 38–53.
  • Gefen D. et Straub D. (2003), “Managing User Trust in B to C e-Services”, E-Service Journals, pp. 7-24.
  • Gefen D., Karahanna E. et Straub T. (2003), “Inexperience and Experience with Online Stores: The Importance of TAM and Trust”, IEEE Transactions on Engineering Management, 50(3), pp. 1-15.
  • Jarvenpaa S. L. et Tractinsky N. (1999), “Consumer Trust in an Internet Store: A Cross-Cultural Validation”, Journal of Computer mediated Communication, 5(2), pp. 159-177.
  • Hasnaoui A. (2007), « Usage et adoption des paiements par Internet (ePaiement) chez les jeunes », International Conference of Finance (IFC4), Hammamet (Tunisie), 15-17 Mars.
  • Kang S. (1998), “Information technology acceptance evolving with the changes in the network environment”, 31st Annual Hawaii International Conference on System Sciences, pp. 413-423.
  • Katz M. et Shapiro C. (1994), “Systems Competition and Network Effects”, Journal of Economic Perspectives, 8(2), pp. 93-115.
  • Lankton N. L. et McKnight D. H. (2008), “Are Interpersonal Trust and Technology Trust Distinct Concepts? A Trust-in-Facebook Study”, Proceedings of the Americas Conference on Information Systems (AMCIS), Denver, Colorado.
  • Lee Y., Kozar K.A. et Larsen K.R. (2003), “The Technology Acceptance Model: Past, Present, and Future”, Communications of the Association for Information Systems, 12(50), 752-780.
  • Lentz F. et Hasnaoui A. (2007), « Une analyse partenariale du porte monnaie électronique », Conférence Internationale eCommerce & Gouvernance de l’Internet (ECIG 2009), Sousse (Tunisie), 19-20 octobre.
  • Luhmann N. (2003), « Paradigm Lost », Sur la réflexion éthique de la morale, a contrario, 1(1), pp. 79–94.
  • Mallat N., Rossi M., Tuunainen V. K., Öörni A. (2006), “The Impact of Use Situation and Mobility on the Acceptance of Mobile Ticketing Services”, 39th Annual Hawaii International Conference on System Sciences
  • McKnight D.H., Choudhury V. et Kacmar C.J. (2002), “The impact of initial consumer trust on intentions to transact with a Web site: A trust building model”, Journal of Strategic Information Systems, 11(3–4), pp. 297–323.
  • Mersch Y. (2009), “Les banques centrales à l’ère électronique”, Banque centrale du Luxembourg, disponible sur http://www.bcl.lu/fr/media/discours/1999/19990625/index. html, dernier accès 01/06/2011
  • Moore G. C. et Benbasat I. (1991), “Development of an Instrument to Measure the Perceptions of Adopting an Information Technology Innovation”, Information Systems Research, 2(3), 192-223.
  • Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (2010), Rapport annuel 2009, disponible sur http://www.banque-france.fr/observatoire/telechar/cpresse_2009.pdf, dernier accès : 01/06/2011.
  • Oh S., Kurnia S., Johnston R., Lee H. et Lim B. (2006), “A Stakeholder Perspective on Successful Electronic Payment Systems Diffusion”, the Hawaii International Conference on Systems Sciences, Hawaii, January.
  • Ondrus J. et Pigneur Y. (2006), “Towards A Holistic Analysis of Mobile Payments: A Multiple Perspectives Approach”, Electronic Commerce Research and Applications, 5(3), pp. 246-257.
  • Plouffe C.R., Hulland J.S. et Vandenbosch M. (2001), “Research Report: Richness versus Parsimony in Modeling Technology Adoption Decisions- Understanding Merchant Adoption of a Smart Card-Based Payment System”, Information Systems Research, 12(2), pp. 208-222.
  • Pontiggia A. et Virili, F. (2008), “Network Effects in Technology Acceptance: Laboratory Evidence”, Proceedings of 29th Annual International Conference on Information Systems (ICIS 2008), Paris, France, Dec.
  • Rogers E. M. (1995), Diffusion of Innovations, Free Press, New York, 518 p.
  • Shreft S. L. (2005), Consumer Behavior and Payment Choice: How and Why Do Consumers Choose Their Payment Methods?”, Conference of Federal Reserve Bank of Boston, October 27-28, disponible sur http://www.bos.frb.org/news/conf/payments2005/schreft.pdf, dernier accès 01/06/2009.
  • Stalder F. et Clement A. (1999), “Exploring Policy Issues of Electronic Cash: The Mondex Case”, Canadian Journal of Communication, 24(2), disponible sur http://www.cjc-online.ca/index.php/journal/issue/view/88.
  • Szmigin I., et Bourne H. (1999), “Electronic cash: a qualitative assessment of its adoption”, International Journal of Bank Marketing, 17(4), 192-202.
  • Van Hove L. (1999), “Electronic Money and the Network Externalities Theory: Lessons for Real Life”, Netnomics, 1(2), pp. 137-171.
  • Van Hove L. (2001), “The New York City Smart Card Trial in Perspective: A Research Note”, International Journal of Electronic Commerce, 5(2), 119-131.
  • Venkatesh V. et Brown S.A (2001) “A Longitudinal Investigation of Personal Computer Adoption in Homes: Adoption Determinants and Emerging Challenges”, MIS Quarterly, 25, 71-102.
  • Wang C., Hsu Y., et Fang W. (2004), “Acceptance of technology with network externalities: An empirical study of internet instant messaging services”, Journal of Information Technology Theory and Application, 6(4), pp. 15-28.
  • Wang W., et Benbasat I. (2005), “Integrating TAM with Trust to Explain Online Recommendation Agent Adoption”, Journal of Association for Information Systems, 6(3), pp. 72-101.
  • Williamson O. (1979), “Transaction-Cost Economics: the Governance of Contractural Relations”, Journal of Law and Economics, 22(2), pp. 233-261.
  • Xu H., Dinev T., Smith H. J., et Hart P. (2008), “Examining the Formation of Individual’s Information Privacy Concerns: Toward an Integrative View”, Proceedings of 29th Annual International Conference on Information Systems (ICIS 2008), Paris, France, Dec.
  • Yang K. C. C. (2005), “Exploring factors affecting the adoption of mobile commerce in Singapore”, Telematics and Informatics, 22(3), 257-277.

Marketing through Instagram inluencers: the impact of number of followers and product divergence on brand attitude

Veirman, Cauberghe et Huddes, M, V et L (2017), Marketing through Instagram inluencers: the impact of number of followers and product divergence on brand attitude, Internal Journal of Adversiting, 5, 798-828. Mots clés : influenceurs, influence marketing, social influence, social media, bouche à oreille électronique. Les marques se rendent compte de l’importance de faire appel à des influenceurs pour pouvoir promouvoir leurs produits. Ces influenceurs possèdent une vraie communauté virtuelle qui les soutiennent. Ils sont donc souvent considérés comme des « testeurs » de produits fiables et donnant un avis honnête. Les marques tendent à abandonner les stratégies de marketing traditionnelles et utilisent plus de moyens pour des nouvelles méthodes comme le marketing influence. Le soutien des influenceurs permet de développer un bouche à oreille électronique qui devient viral sur les réseaux sociaux et est bénéfique pour la marque. Les retours en terme de bouche à oreille sont plus importants comparés aux médias traditionnels. Le nouveau challenge pour les marque est de devoir choisir le bon influenceur qui pourra promouvoir en toute cohérence les produits de la marque. Le nombre de followers joue un rôle important dans le choix de l’influenceur, en effet, plus l’influenceur possède de followers, plus il y a des chances pour que le message de la marque soit partagé sur une plus grande échelle. L’étude cherche à analyser les caractéristiques qui font que l’influenceur obtient une bonne visibilité sur Instagram. Le nombre d’abonnés est crucial pour pouvoir être sélectionné par une marque. Cependant, il existe d’autres éléments. Tout aussi important : le ratio abonnés/abonnements. Un influenceur avec très peu d’abonnement paraîtra moins sympathique aux yeux des abonnés. Le type de produit qui doit être mis en avant à travers le post à aussi un impact. Un influenceur qui fait la promotion de plusieurs produits de différentes marque perdra en crédibilité, unicité et attitude de la marque. Références bibliographiques
  • Aaker, J., A.M. Brumbaugh, and S.A. Grier. 2000. Nontarget markets and viewer distinctiveness: The Impact of target marketing on advertising attitudes. Journal of Consumer Psychology 9, no. 3: 127–40.
  • Abidin, C. 2015. Communicative <3 intimacies: Influencers and perceived interconnectedness. Ada 8. http://adanewmedia.org/2015/11/issue8-abidin/ (accessed January 13, 2017).
  • Abidin, C. 2016. Visibility labour: Engaging with influencers’ fashion brands and #OOTD advertorial cam- paigns on Instagram. Media International Australia 161, no. 1: 86–100. doi:10.1177/1329878X16665177
  • Amos, C., G. Holmes, and D. Strutton. 2008. Exploring the relationship between celebrity endorser effects and advertising effectiveness: A quantitative synthesis of effect size. International Journal of Advertising 27, no. 2: 209–34. doi: 10.1080/02650487.2008.11073052
  • Araujo, T., P. Neijens, and R. Vliegenthart. 2017. Getting the word out on Twitter: The role of influen- tials, information brokers and strong ties in building word-of-mouth for brands. International Journal of Advertising 36, no. 3: 496–503. doi:10.1080/02650487.2016.1173765
  • Augure. 2015. The state of influencer engagement: 2015. https://www.launchmetrics.com/resources/ whitepapers/the-state-of-influencer-engagement-2015 (accessed January 6, 2017).
  • Bell, S.S., M.B. Holbrook, and M.R. Solomon. 1991. Combining esthetic and social value to explain preferences for product styles with the incorporation of personality and ensemble effects. Journal of Social Behavior and Personality 6: 243–73.
  • Berger, J., and C. Heath. 2007. Where consumers diverge from others: Identity signaling and product domains. Journal of Consumer Research 34: 121–34. doi:10.1086/519142
  • Berger, J., and C. Heath. 2008. Who drives divergence? Identity-signaling, outgroup dissimilarity, and the abandonment of cultural tastes. Journal of Personality and Social Psychology 95: 593–607. doi:10.1037/0022-3514.95.3.593
  • Bergkvist, L., H. Hjalmarson, and A. Magi. 2016. A new model of how celebrity endorsements work: Attitude toward the endorsement as a mediator of celebrity source and endorsement effects. International Journal of Advertising 35, no. 2: 171–84. doi:10.1080/02650487.2015.1024384
  • Bergkvist, L., and K.Q. Zhou. 2016. Celebrity endorsements: A literature review and research agenda. International Journal of Advertising 35, no. 4: 642–63. doi:10.1080/02650487.2015.1137537
  • Bloch, P., F. Brunel, and T. Arnold. 2003. Individual differences in the centrality of visual product aes- thetics. Journal of Consumer Research 29, no. 4: 551–65. doi:10.1086/346250
  • Boyd, D.M., and N.B. Ellison. 2007. Social network sites: Definition, history, and scholarship. Journal of Computer-Mediated Communication 13, no. 1: 210–30. doi:10.1111/j.1083-6101.2007.00393.x
  • Brin~ol, P., D.D. Rucker, and R.E. Petty. 2015. Naive theories about persuasion: Implications for informa- tion processing and consumer attitude change. International Journal of Advertising 34, no. 1: 85– 106. doi:10.1080/02650487.2014.997080
  • Cai, S., and Y. Xu. 2011. Designing not just for pleasure: Effects of web site aesthetics on consumer shopping value. International Journal of Electronic Commerce archive 15, no. 5: 159–88. doi:10.2753/JEC1086-4415150405
  • Cha, M., H. Haddadi, F. Benevenuto, and P.K. Gummadi. 2010. Measuring user influence in Twitter: The million follower fallacy. Paper presented at the Fourth International AAAI Conference on Weblogs and Social Media, May 23–26, in Washington, DC.
  • Chaiken, S., and D. Maheswaran. 1994. Heuristic processing can bias systematic processing: Effects of source credibility, argument ambiguity, and task importance on attitude judgment. Journal of Personality and Social Psychology 66, no. 3: 460–73. doi:10.1037/0022-3514.66.3.460
Cialdini, R.B., and N.J. Goldstein. 2004. Social influence: Compliance and conformity. Annual Review of Psychology 55: 591–621. doi: 10.1146/annurev.psych.55.090902.142015

Instagram vitrine des marques

Lesniak, I  (2017), Instagram, la plus grande vitrine du monde, Les Echos Week-end, 19- 24 Mots clés : Instagram, influence, marketing Instagram est devenu la vitrine digitale des marques. Ce réseau social se présente comme un nouveau moyen de communication avec un public lassé du média traditionnel. Par manque de budget, les deux fondateurs de la marque RSVP communique leurs produits sur Instagram en utilisant l’humour décalé associé à ce réseau social. En une seule publication d’une influenceuse, les ventes de la marque ont pu tripler. Instagram possède une audience internationale. ·      80 % vivent hors des US ·      800 millions d’utilisateurs actifs mensuels ·      500 millions par jour ·      14 Millions d’utilisateurs mensuels actifs en France ·      150 Millions d’utilisations d’instgram stories par jour ·      375 Millions d’utilisateurs  de direct, la messagerie d’instagram ·      2 millions d’annonceurs actifs mensuels ·      25 millions de comptes entreprises Sur instagram pour doublier les likes, célébrités et produits sont associés pour faire de la publicité. ·      80% des instagrammeurs suivent au moins une marque. ·      60% disent avoir découvert un produit ou un service la plateforme ·    75% engagent une action après avoir vu une publication qui leur a plu que ce soit l’achat ou la recherche d’informations. Pousse à l’échange puisque nous suivons des amis et des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêts. 1. Créer suffisamment de contenu 2. Trouver un ton en accord avec son identité 3. Utiliser les stories 4. Privilégier les vidéos 5. Analyser les statistiques