Mobile payment and online to offline retail business models

Shu-Hsien Liao & Ling-Ling Yang, Mobile payment and online to offline retail business models

Mots-clés : Paiement mobile, canaux de vente au détail, modèles commerciaux de vente, en ligne à hors ligne, exploration de données

Introduction :

Le commerce de détail est en train de se transformer par rapport aux développements technologiques rapides. Les détaillants utilisent des technologies intelligentes pour améliorer les expériences d’achat des consommateurs et pour demeurer concurrentiels.

L’objectif de ce document est d’explorer les perceptions, les attentes et les recommandations actuelles des consommateurs de la génération Z en termes d’interactions futures dans des contextes de vente au détail intelligente.

Développement :

Les technologies intelligentes ont une grande influence sur l’expérience des consommateurs de la génération Z. Ce type de consommateurs s’attend à trouver de nouveaux appareils et procédés électroniques qui doivent être en permanence disponibles, et offrir ainsi à ces consommateurs plus d’autonomie et des transactions bien plus rapides.

Selon eux, la technologie doit leur permettre de prendre des décisions d’achat plus éclairées. Les attentes des consommateurs sont définies comment étant des désirs ou des souhaits des clients. C’est un indicateur très important de la perception et de la satisfaction de la clientèle, et c’est pourquoi les enseignes cherchent à obtenir des informations sur les attentes de leurs consommateurs.

La génération Z représente les jeunes adultes nés à partir de 1995 et qui sont à l’aise avec les nouvelles technologies et l’innovation. C ‘est un nouveau défi car ces membres se comporter différemment que les consommateurs des générations précédente et sont plus axés sur l’innovation. Ils sont aussi moins fidèles par rapport aux enseignes et c’est pourquoi celles-ci ressentent de la pression pour trouver de nouvelles façons d’attirer et de retenir l’attention des consommateurs. Elles doivent prendre le temps de rechercher de nouvelles applications et de nouveaux outils pour tenir compte des effets de ces technologies sur cette nouvelle génération.

 Etant donné que le pouvoir d’achat de la génération Z augmente, il faut que les marketeurs comprennent comment leurs consommateurs se comportent face au secteur de la grande distribution. Les membres de la génération Z réalisent énormément d’achat en ligne ou par le biais d’application et les entreprises doivent s’intéresser à cela pour les cibler. Il est donc important de se concentrer sur les désirs de la génération Z qui a besoin de faciliter et d’accélérer ses achats et transactions.

Conclusion :

Les entreprises doivent s’intéresser au futur du secteur de la grande distribution car la génération Z reste un challenge encore difficile à réaliser. La génération Z est composée de membres qui sont à l’affût des nouvelles technologies et qui sont bien informés sur les innovations qui les entourent. Ainsi, si les entreprises cherchent à créer des liens de fidélité, elles doivent s’ajuster à la demande des consommateurs et leurs proposer des expériences utilisateurs uniques.

Références :

Allmark, P., Boote, J., Chambers, E., Clarke, A., McDonnell, A., Thompson, A., et al. (2009). Ethical issues in the use of in-depth interviews: Literature review and discussion. Research Ethics Review, 5(2), 48e54.

Baruk, A. I., & Iwanicka,A. (2016). The effect ofage,genderand levelofeducation on the consumer’s expectations towards dairy product packaging. British Food Journal, 118(1), 100e118.

Bassiouni, D. H., & Hackley, C. (2014). ‘Generation Z’ children’s adaptation to digital consumer culture: A critical literature review. Journal of Customer Behaviour, 13(2), 113e133. Bernstein, R. (2015). Move over millennials e here comes Gen Z. Ad age. Retrieved

C.-V. Priporas et al. / Computers in Human Behavior 77 (2017) 374e381 379
from http://adage.com/article/cmo-strategy/move-millennials-gen-z/296577/.

Bilgihan, A. (2016). Gen Y customerloyalty in online shopping: Anintegratedmodel of trust, user experience and branding. Computers in Human Behavior, 61, 103e113.

Borges, A., Chebat, J., & Babin, B. J. (2010). Does a companion always enhance the shopping experience? Journal of Retailing and Consumer Services, 17(4), 294e299.

How does location based marketing affect mobile retail revenues? The complex interplay of delivery tactic, interface mobility and user privacy

Syagnik Banerjee & Shichun Xu & Scott D. Johnson, How does location based marketing affect mobile retail revenues? The complex interplay of delivery tactic, interface mobility and user privacy

Mots clés : Mobile, vente au détail, marketing basé sur la localisation, entrant-sortant

Le marketing basé sur la localisation va permettre d’envoyer des publicités à des consommateurs en fonction de leur proximité et des produits et services disponibles. C’est un format de publicité qui peut parfois être perçu comme de la publicité intrusive, dérangeante et qui ne respecte pas la vie privée du consommateur.

Développement :

En ce qui concerne le marketing mobile, l’une des techniques les plus efficaces est le marketing basé sur la localisation. Les dépenses concernant la publicité mobile ciblée par rapport à la localisation devraient passer de 9,8 milliards de dollars en 2015 à 29,5 milliards en 2020.

Le marketing mobile possède beaucoup de valeur aux yeux des consommateurs car il regroupe les avantages du téléphone mobile qui sont l’omniprésence, la personnalisation et la localisation.

Cependant, il est encore difficile pour les marketeurs d’analyser si le marketing basé sur la localisation permet d’augmenter ou de baisser les revenus. Le fait que ce marketing fonctionne par rapport à la localisation et donc au partage de données, certaines personnes ont porté plainte contre des entreprises sous prétexte que le marketing basé sur la localisation représentait une violation de leur vie privée.

Afin d’analyser les différents facteurs qui contribuent au chiffre d’affaires du marketing basé sur la localisation, les auteurs prennent le temps de séparer les différents composants d’une publicité, qui sont les tactiques marketing (entrant-sortant), l’interface et les différents utilisateurs.

La publicité basée sur la localisation fait partie du marketing basé sur la localisation et va donc permettre de repérer la localisation du consommateur avec l’aide du WIFI, Bluetooth, GPS etc. Ce sont donc des données qui vont être collectées par les entreprises et qui seront réutilisées par la suite pour cibler le consommateur et lui envoyer des publicités personnalisées dans le but de les inciter à acheter. Mais ce sont des façons de faire que les consommateurs vont trouver intrusives, ils ont le sentiment d’être en permanence observé par les marques et cela a tendance à développer des sentiments négatifs par rapport à ces marques. Ce n’est pas uniquement la proximité qui va donner envie aux consommateurs de choisir une marque par rapport à une autre, ce sont plusieurs facteurs comme l’environnement physique, la météo, les activités prévues qui seront susceptibles d’influencer ce choix.

Normalement, le marketing basé sur la localisation était censé être du marketing « sortant », c’est-à-dire de la publicité plus traditionnelle (télévision, radio, publicité de rue etc.). Pourtant les marketeurs ont tendance à réaliser de plus en plus du marketing entrant, c’est-à-dire le marketing ciblé, et c’est à cet instant qu’ils vont se heurter à des problèmes de respect de la vie privée.

Dans la publicité basée sur la localisation, l’interface (téléphone ou tablette) est aussi très importante, et cela va agir sur la façon dont va être perçue la publicité et si elle est très intrusive ou non. Il y a quatre aspects qui vont influencer la perception de la publicité : la taille de l’écran, le contexte et l’omniprésence, le processus d’achat et les transactions.

La taille de l’écran va influencer l’attention que portera le consommateur par rapport au message.

Les smartphones contrairement aux tablettes, sont omniprésents, ils sont aussi bien plus utilisés. Ainsi, on peut supposer que les messages reçus sur le téléphone seront plus facilement perçus comme étant intrusifs et dérangeant plutôt que ceux reçus sur les tablettes.

En ce qui concerne le processus d’achat, le taux de conversion des achats en ligne est différent en fonction de l’outil que le consommateur utilisera.

Enfin, selon des précédentes études, les transactions sur tablettes sont 50% plus importantes que celles réalisées par smartphone, mais les smartphones représentent une meilleure contribution au chiffre d’affaires que les tablettes.

L’efficacité du marketing basé sur la localisation va aussi varier en fonction de si le consommateur utilise un iPhone ou un Android. Par exemple, le marketing sortant va avoir plus d’impact et générer plus de ventes par téléphone avec un utilisateur Apple qu’Android.

Conclusion :

Les marketeurs doivent donc en permanence adapter leurs stratégies en fonction des préférences des consommateurs. Le marketing basé sur la localisation va dépendre de l’interface mais aussi du respect de la vie privée exigé par le consommateur. En général, les efforts déployés par les marketeurs pour les utilisateurs Apple ont plus d’impact et génèrent plus de revenu que ceux réalisés pour les utilisateurs Android.   

Références :

ABI Research (2016). BLE Beacon Market Remains on Target to Break 400 Million Shipmentsin2021.Retrieved from:https://www.abiresearch.com/press/ble-beaconmarket-remains-target-break-400-million/.

Alnawas, I., & Aburub, F. (2016). The effect of benefits generated from interacting with branded mobile apps on consumer satisfaction and purchase intentions. Journal of Retailing and Consumer Services, 31, 313–322.

Arthur, C. (2011). Tablet use up during mornings and evenings. Retrieved from: https:// www.theguardian.com/technology/2011/nov/18/tablet-smartphone-use-breakfastevening.

Banerjee,S.,&Dholakia,R.R.(2008).Doeslocationbasedadvertisingwork?International Journal of Mobile Marketing, 3(2), 68–75.

Banerjee, S., & Dholakia, R. R. (2013). Situated or ubiquitous? A segmentation of mobileshoppers. International Journal of Mobile Communications, 11, 530–557.

Barron, R. (2017). Cyber Monday overtakes Black Friday as top shopping day. Retrieved from: http://www.greensboro.com/business/local_business/cyber-mondayovertakes-black-friday-as-top-shopping-day/article_8a47c851-53c8-5a68-879e313b3d7b22d6.html.

User engagement for mobile payment service providers – introducing the social media engagement model

Fiche de lecture

Purva Grover & Arpan Kumar Kar, User engagement for mobile payment service providers – introducing the social media engagement model

Mots-clés : Marketing via réseaux sociaux, paiements digitaux, analyses Twitter, portefeuilles mobiles, engagement du consommateur

Introduction :

Twitter est utilisé par les entreprises de portefeuille mobile pour l’acquisition de clients, la gestion des relations, le marketing et à des fins promotionnelles. Cette étude examine la publicité de service et les tweets promotionnels par la société de portefeuille mobile sur Twitter.

Développement :

La technologie a transformé les sociétés et créé de nouvelles opportunités pour les entreprises. Les entreprises financières et technologiques se réunissent pour de nouveaux services de paiement numérique. L’un des services les plus populaires offerts par ces entreprises est le paiement mobile ou les portefeuilles. Ce sont des plateformes qui vont faciliter les transactions mobiles entre le vendeur et l’acheteur.

Aujourd’hui le monde est devenu complètement digital, et les consommateurs utilisent énormément leur smartphone dans la vie de tous les jours et notamment les réseaux sociaux. Ainsi, si une entreprise veut cibler ces consommateurs, elle doit obligatoirement se mettre sur les réseaux sociaux, engager ses consommateurs/utilisateurs ou proposer des services de paiement numérique.

Premièrement, les réseaux sociaux sont de nouveaux moyens pour promouvoir des produits/services autour de différents pays. Sur Twitter par exemple, pour qu’une entreprise puisse avoir un impact sur ses performances financières, il faut qu’elle possède au minimum 200,000 abonnés. Les réseaux sociaux peuvent donc avoir un impact sur les performances financières d’une entreprise car ils proposent différentes formes d’offres :

  • Les promotions marketing traditionnelles qui vont être liées à la communication menée par les entreprises vers les utilisateurs
  • Les promotions sociales que l’on retrouve uniquement sur les réseaux sociaux, qui sont être lorsque les utilisateurs vont communiquer et diffuser des informations entre eux.

Ainsi, lorsqu’une entreprise veut se rapprocher de ses consommateurs, elle doit élaborer des stratégies à l’aide des réseaux sociaux. On peut regrouper ces stratégies en 6 moyens différents :

  • La présence en ligne
  • La création de contenu
  • Le suivi et l’écoute
  • L’autonomisation et l’engagement
  • Stimuler le bouche-à-oreille électronique
  • Mesurer les impacts du marketing des médias sociaux

Ensuite, les portefeuilles mobiles vont permettre aux utilisateurs de payer pour des biens et des services en utilisant leurs appareils mobiles. Cela va faciliter les différents types de transactions entre les consommateurs et les entreprises, d’autant plus que ce sont des moyens de plus en plus pratiques et sure d’utilisation.

Enfin, l’engagement du consommateur est important pour l’entreprise car elle va permettre le bouche-à-oreille. Plus une marque sera impliquée sur les réseaux sociaux et plus elle favorisera la satisfaction du consommateur, et plus l’utilisateur sera satisfait et plus il aura tendance à retenir une marque.

Conclusion :

Ce sont plusieurs solutions que les entreprises doivent développer si elles veulent engager et retenir leurs consommateurs. Grâce à ces techniques elles ont aussi la possibilité de réduire leurs coûts et d’augmenter leurs performances financières.

Références :

Bishop, Yvonne M.M., Stephen E. Fienberg, and Paul W. Holland (1975), Discrete Multivariate Analysis. Cambridge, MA: MIT Press. Bone, Paula Fitzgerald (1995), “Word-of-Mouth Effects on Short-term and Long-term Product Judgments,” Journal of Business Research, 32, 3, 213–23.

Borgatti, Stephen P. (2005), “Centrality and Network Flow,” Social Networks, 27, 55–71.

Bowman, Douglas and Das Narayandas (2001), “Managing Customer-initiated Contacts with Manufacturers: The Impact on Share of Category Requirements and Word-of-Mouth Behavior,” Journal of Marketing Research, 38, 3, 281–97.

Brown, Jacqueline Johnson and Peter H. Reingen (1987), “Social Ties and Word-of-Mouth Referral Behavior,” Journal of Consumer Research, 14, 3, 350–62.

Brown, Jo, Amanda J. Broderick, and Nick Lee (2007), “Word of Mouth Communication Within Online Communities: Conceptualizing the Online Social Network,” Journal of Interactive Marketing, 21, 3, 2–20. Burt, Ronald S. (1984), “Network Items and the General Social Survey,” Social Networks, 6, 4, 293–339.

Consumer decision-making process in Mobile Viral Marketing Campaigns

Christian Pescher & Philipp Reichhart & Martin Spann, Consumer decision-making process in Mobile Viral Marketing Campaigns

Mots clés : Commerce mobile, comportement de référence, indicateur sociométrique, marketing viral mobile

Cet article a été réalisé dans le but d’analyser la volonté du consommateur et ses comportements de référence par rapport aux campagnes publicitaires. Il s’agit aussi de constater l’influence que peuvent avoir les campagnes de marketing virales sur les consommateurs.

Développement :

Les campagnes de marketing virales ont du succès tout d’abord auprès des entreprises car elles sont peu coûteuses et elles permettent de rapidement diffuser des messages aux consommateurs. Ainsi le consommateur accorde de la valeur au message qu’il va recevoir et qu’il va le repartager à d’autres personnes par la suite grâce aux réseaux sociaux. Elles sont d’autant plus performantes avec l’aide des smartphones car ils permettent de rapidement et facilement partager des informations sur des produits ou services, et de recevoir de la publicité à n’importe quelle heure ou n’importe quel moment.

Les auteurs posent deux constats :

  • Le marketing viral va influencer les préférences du consommateur, ses décisions d’achat et la perception qu’il peut avoir du produit ou service ;
  •  Le fait que le consommateur participe aux campagnes virales de marketing, est qu’il acquiert de la satisfaction et de l’auto-amélioration. Cette auto-amélioration va créer un référencement qui sera très important pour la marque.

L’objectif d’une campagne virale marketing est de générer beaucoup de références. Les entreprises doivent donc réfléchir à quel moyen est le plus intéressant pour engager le consommateur dans le processus de prise de décision. Par exemple, il faut réfléchir entre l’utilisation de l’email ou du message texte, qui sera plus ou moins intrusif mais qui sera aussi plus ou moins facile à partager aux autres. Même si le message texte sera plus intrusif pour le consommateur, il sera plus facile à transférer, ainsi les entreprises auront tendance à privilégier l’utilisation du SMS.

Selon les auteurs, il y a deux valeurs fondamentales dans les campagnes de marketing viral qui sont l’objectif de la campagne et le divertissement. Ces valeurs vont agir sur l’intention et la motivation du consommateur à s’engager et à participer à la campagne. Elles sont aussi liées aux indicateurs sociométriques.

En effet, les indicateurs sociométriques apportent des informations sur les réseaux sociaux de chaque consommateur. Grâce à ces indicateurs, il sera plus simple d’étudier les goûts du consommateur et ce qui pourrait donc éventuellement l’intéresser. Ils sont donc d’une grande importance dans le processus de prise de décision et donc dans les campagnes marketing viral.

Les informations au sujet d’une marque que les consommateurs seront susceptibles de partager vont dépendre de leur appréciation du produit ou service, de la qualité, utilité etc. mais aussi des relations qu’ils entretiennent entre eux.

En posant plusieurs hypothèses, les auteurs constatent que les consommateurs ont tendance à partager des informations, des publicités par message, à une liste de contact de « mauvaise qualité », c’est-à-dire des contacts avec lesquels ils ne créent pas de liens en particulier. A cause de cela, les campagnes marketing viral peuvent donc ne pas être aussi concluantes que prévu. Il peut y avoir beaucoup de référencement, mais qui seront par la suite ignorer par les individus qui reçoivent le message.

Conclusion :

Cette étude se heurte à quelques limites, car les auteurs ne parviennent pas à avoir des données concluantes. Il y a beaucoup de choses qui dépendent des consommateurs et que les auteurs ne parviennent pas à analyser concrètement. Le fait aussi que les campagnes marketing mobiles soient récentes, il est difficile de se projeter. Ils estiment devoir agir différemment pour la prochaine étude en changeant les questions à poser aux consommateurs, mais aussi en se focaliser sur la qualité des liens entre eux.

Références :

Amemiya, Takeshi (1975), “Qualitative Response Models,” Annals of Economic and Social Measurement, 4, 3, 363–72.

Bacile, Todd J., Christine Ye, and Esther Swilley (2014), “Consumer Coproduction of Personal Media Marketing Communication: The Case of Mobile Coupons,” Journal of Interactive Marketing (forthcoming).

Bampo, Mauro, Michael T. Ewing, Dineli R. Mather, David Stewart, and Mark Wallace (2008), “The Effects of the Social Structure of Digital Networks on Viral Marketing Performance,” Information Systems Research, 19, 3, 273–90.

Bettman, James R. (1979), An Information Processing Theory of Consumer Choice. Reading, MA: Addison-Wesley. Bian, Yanjie (1997), “Bringing Strong Ties Back In: Indirect Ties, Network Bridges, and Job Searches in China,” American Sociological Review, 62, 3, 366–85.